Le Triangle d’or (1918)

triangle1Ce roman est l’un de ceux où Lupin est plutôt l’adjuvant du héros que le héros lui-même. Ainsi, c’est le sympathique capitaine Patrice Belval, mutilé de guerre, que nous rencontrons dans les premières pages de l’aventure. Patrice est amoureux d’une des infirmières qui s’occupe de lui et des autres blessés, Maman Coralie. Cependant, la jeune femme a de lourds secret, et aussi un mari… Mais, le pauvre Patrice est un chevalier, et il est prêt à tout pour Coralie, d’autant plus que la menace qui la poursuit semble peser aussi sur Patrice.

Lupin, sous la défroque de Don Luis Perenna, est bien plus présent cependant dans cette aventure que dans L’Eclat d’Obus, et Patrice qui réapparaît dans L’Ile aux trente cercueils peut être considéré comme un ami proche du gentleman-cambrioleur. Le Lupin du Triangle d’or, c’est le bon génie qui va protéger les amoureux de tous les périls qui les menacent, tout en n’oubliant pas de protéger aussi la France et de l’aider dans son effort de guerre. Don Perenna est le guerrier en Lupin, et aussi celui qui expie ses pêchés de 813 en agissant pour le bien du plus grand nombre. Car, si Patrice et Coralie sont en danger, la France l’est aussi ! Ce sacré Lupin joue d’ailleurs un peu les agents secrets… mais chut, je ne vous en dis pas plus…

Mon ressenti par rapport au Triangle d’or ? d’abord, les deux héros, les deux amoureux sont bien sympathiques, astucieux, dévoués, et ils méritent vraiment le titre de héros, car ils agissent ! Certes, Lupin les sauvent, mais Lupin est un surhomme, et il faut bien un surhomme pour déjouer les pièges dignes du roman gothique qu’on a mis sur la route de Patrice et Coralie. Là encore, la plume de Leblanc est un délice : il se montre capable d’inventer des situations qui rappellent le roman à rebondissement du siècle précédent tout en rationalisant leur dénouement. Leblanc n’est jamais pris en faut quant à la réalité, mais cependant, il sait lui donner les apparences du conte de fées. Le roman est aussi un bon miroir de l’époque : patriotisme, haine de l’ennemi, colonialisme. Cependant ce miroir est peint par petite touche, et je me dis qu’il ne serait pas difficile de faire une adaptation moderne de cette oeuvre… avec un différent type de guerre peut-être.

Quelque part, je me dis que Leblanc, dans nombre d’aventures de Lupin, a su inventer le thriller avant qu’on use et abuse du mot, car souvent comme ici, l’aventure est haletante, vive, mystérieuse, cruelle et étonnante !

Couvertures du Triangle d’Or :

triangle2

triangle

triangle

2 réflexions sur “Le Triangle d’or (1918)

  1. Pingback: Chronologie de la publication des aventures d’Arsène Lupin | Les Livres, Mes Livres & Moi

  2. Pingback: Chronologie des aventures d’Arsène Lupin | Les Livres, Mes Livres & Moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s