Le Marquis ou l’essence d’Arsène Lupin…

869770168Voici un personnage très proche de l’essence lupinienne, Anthony Trent dit le Marquis, créé par l’Anglais Wyndham Martyn. Malheureusement, d’Anthony Trent, je n’ai lu qu’une seule nouvelle, insérée dans le numéro 74 du Mystère-Magazine, intitulée “Noblesse Oblige”, je ne peux donc affirmer que le Marquis soit un parfait imitateur, où même un continuateur permettant de renouveler le mythe (Il existe des romans non-traduits mettant en scène le personnage : Anthony Trent, Master criminal (1918) et Anthony Trent, Avenger (1927), je suis en chasse; mais comme souvent, tant de livres et si peu de temps 😦 )… Cependant, cette nouvelle possède une grande force, et présente le gentleman-cambrioleur qu’est le marquis d’une manière à la fois concentrée et complète ; un petit joyau dans l’écrin du genre. En moins de dix pages, Wyndham Martyn montre un personnage à la hauteur du maître.

 

[Attention, spoilers! ]

Toute l’aventure est le fruit d’un malentendu, Anthony Trent est découvert chez Lord Saint-Breward qu’il vient cambrioler par un jeune voleur inexpérimenté qui poursuit le même dessein. Mais, celui-ci prend cet homme en tenue de soirée pour ledit Lord… Au jeune voleur, le Marquis offrira l’occasion de retourner dans le droit chemin, lui prêtant l’argent nécessaire pour qu’il puisse monter une affaire. En faisant cette bonne action, le Marquis s’offre un plaisir d’amateur, se moquer de sa peu sympathique victime, et ce, de manière publique : “Pour conclure, il envoie 750 livres à l’asile des chats perdus ou infirmes — il aime les animaux, cet homme ! Mais il fait ce cadeau au nom du vilain richard, connu pour détester ces aimables animaux, faisant ainsi preuve d’un esprit farceur très lupinien” (Lebrun, 1971 : 35). Mauvais tour wyndham martynd’écolier des plus réjouissants, mauvais tour d’écolier que le lecteur goûte autant que le jeune voleur. Cette nouvelle vaut pour la manière dont Martyn traite son gentleman. On pense à “L’évasion”, mais si le résultat et similaire, le procédé est différent. Il nous présente un personnage qui s’apprête à commettre un cambriolage, personnage qui semble avoir les qualités d’un gentleman-cambrioleur, puisqu’il change son apparence à volonté, et entre dans la demeure visée avec hardiesse et habileté. Mais ce gentleman-cambrioleur, si doué au premier abord, n’est finalement qu’un amateur qui va recevoir une leçon du maître. Le second personnage qui paraît, tout au long de la nouvelle, être le maître des lieux, est en fait le vrai gentleman-cambrioleur, le professionnel. Un professionnel qui fait face à l’amateur avec sang-froid, intelligence, mais sans se départir de son humour, ni d’une solide part de bonté. En effet, dans cette nouvelle, de la première à la dernière page, rien n’est ce qu’il paraît — ou devrait — être. La victime se transforme SPen bienfaiteur, puis en cambrioleur. Le cambrioleur devient victime, puis débiteur. La hardiesse, disons même le culot, dont le Marquis fait preuve est remarquable. Pas un instant le lecteur ne se doute qu’il a affaire au vrai cambrioleur — de même qu’il ne se doute pas dans “L’évasion d’Arsène Lupin” ou “Le mystérieux voyageur” qu’il est face au héros de Leblanc. Le procédé offre une force au personnage, puisqu’il est un caméléon non seulement à l’intérieur du roman, mais aussi en tant qu’œuvre littéraire. Le lecteur n’est pas complice mais victime, victime consentante et heureuse d’être trompée pour pouvoir participer à l’hilarité finale.

En quelques pages, Wyndham Martyn amuse beaucoup, mais surtout d’une manière concise, il présente un personnage complet. As du déguisement, capable de s’adapter aux situations les plus inattendues. Anthony Trent possède un fort pouvoir de sympathie et un génie très lupinien.

[extrait remanié de Arsène Lupin & Cie ]Anthony-Trent-ur

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s