Tales of Unease – Conan Doyle sans Sherlock Holmes

bandeau

Je viens de terminer le recueil ‘Tales of Unease » en version originale. Et je dois admettre que c’est une injustice de ne se souvenir de Sir Arthur Conan Doyle que pour Sherlock Holmes (comme c’est injuste de ramener sans cesse Leblanc à Lupin… j’en reparlerai).

C’est « Contes du Malaise » font leur effet, et certains me rappellent les « Lettres Portugaises » pour leur cruauté (« The Lord of Château Noir », « The New catacomb » ou « The case of Lady Sannox) par exemple), où un mari trompé faisait manger à son infidèle épouse le cœur de son amant sous forme de pâté au diner. Comme quoi, notre moderne 21ème siècle n’a rien inventé en matière de cruauté… Au 17ème siècle, on n’avait pas la télé, mais on savait torturer…  Et Conan Doyle a la force d’un Maupassant quant à nous ficeler une histoire sordide en quelques pages et à donner envie au lecteur de rallumer toutes les lumières (c’est du vécu). Avec « The Brazilian cat », je suis passée par les mêmes affres que le héros, alors que moi, je ne risquais pas de me faire dévorer par ce vilain chat…
Doyle est aussi très doué avec L’humour, ainsi, il arrive à rendre le récit d’une exécution capitale très divertissant (« The Los Amigos Fiasco ») ou à humaniser un revenant à la-main-brune-et-autres-nouvelles-129379-250-400la recherche d’un membre perdu avec « The Brown hand ». Dans cette nouvelle, il rend la hantise amusante, sans pour autant rendre le fantôme ridicule, ce sont plutôt les vivants qui devraient réfléchir un peu mieux… C’est à la fois surnaturel et policier… Je n’en dis pas plus, je connais une bloggeuse qui a trouvé cette nouvelle il n’y a pas très longtemps, et je ne veux pas lui gâcher le plaisir de la découverte

La nouvelle « Lot No. 249 » est un vrai joyaux, grâce au personnage principal si rationnel face au surnaturel. Si vous voyiez une momie baladeuse qu’elle serait votre réaction ? J’avoue que je n’aurais certainement pas le courage d’Edward Bellingham…

« The Captain of the Polestar » a des échos de Frankenstein (non, pas de monstre, mais les glaces de l’Artique), mais rappelle surtout l’expérience de Doyle en tant que médecin sur un baleinier (bien qu’il n’ait sûrement pas eu un tel capitaine). L’ambiance est là.

t12Les nouvelles de ce recueil, aux Editions Wordsworth (que je recommande vivement pour la collection « Tales of Mystery & The Supernatural ») présentées et compilées par David Stuart Davies (attention, lire sa préface en postface, l’érudition est là, mais Mr. Davies en dévoile un peu trop) à le mérite de mélanger les styles. Le surnaturel y a la part belle, mais le fantastique et là aussi, de même que le mystère. Pour certaines nouvelles, il faut avoir le cœur bien accroché (et ce sont plutôt celles qui ne font pas appel au surnaturel, mais des récits de vengeance), mais globalement, j’ai adoré le ‘malaise’ qu’engendre ses histoires « à faire peur ».  Doyle montre avec ces nouvelles une différente facette de son talent, cela se rapproche pour moi de Sheridan Le Fanu (« In a glass Darkly» est sur l’étagère, à porté de main).

5 réflexions sur “Tales of Unease – Conan Doyle sans Sherlock Holmes

  1. Je pense me plonger bientôt dans la main brune vu qu’elle est très courte histoire d’avoir déjà un apperçu, mais du coup, tu me donnes terriblement envie de découvrir l’ensemble du recueil (surtout avec ta comparaison avec Maupassant !).

    • Je suis contente de produire cet effet! puisque c’était le but😉
      Je vais chercher d’autres textes de Doyle, dont le fameux brigadier Gérard… Sherlock n’est que le sommet de l’iceberg!

      • En effet : à la bibli, ils ont une intégrale des textes d’ACD hors Canon holmésien ; elle tient en huit volumes et encore ce ne sont que les textes traduits en français. Tout un tas de découvertes à faire, donc !

      • Il doit y avoir du bon et du mauvais! Mais c’est bien de voir ce qu’un auteur à fait ‘d’autre’ surtout quand il a créé un personnage aussi écrasant que Holmes (ou Lupin, pour l’ami Leblanc! ou OSS 117 pour Jean Bruce… Et j’arrête là, je pourrais en citer une douzaine!)

  2. Pingback: 22 mai 1859 : Naissance de Sir Arthur Conan Doyle | Les Livres, Mes Livres & Moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s