Quelques anecdotes concernant Maurice Leblanc !

On ne présente plus Arsène, mais que c’est on de son fidèle ami et biographe ?…

Son admiration pour Flaubert

Enfant, Maurice Leblanc a beaucoup fréquenté Flaubert, qui sûrement, par les histoires qu’il raconte au garçon, a favorisé sa vocation d’écrivain. On le sait, Leblanc aurait voulu être l’égal de ce maître à ses propres yeux.

Sa passion pour le vélo

Maurice Leblanc, en dehors de la littérature avait deux grandes passions : Le Pays de Caux et la « petite reine ». Infatigable cycliste, il n’avait de cesse de parcourir à vélo sa chère Normandie. Il collabore d’ailleurs au journal l’Auto qui – malgré son titre – fait la part belle au vélocipède.

voici des ailes, phébusSon baptême du feu

En 1868, il est sauvé dès flammes in extremis, la maison paternelle de la rue de Fontenelle est réduite en cendres.

Le conseiller Lopin contre le gentleman Lupin

Quand au fameux conseiller Lopinqui, selon la légende, aurait sommé l’écrivain de changer le nom original d’Arsène Lopin, outré qu’un aigrefin puisse porter le même patronyme que lui…… il a peut-être existé, mais il n’a rien à voir avec Arsène. Dès la première nouvelle, du mois de juillet 1905 dans Je-Sais-Tout, le gentleman porte le nom de Lupin, bien plus joli, bien plus parlant, puisqu’il nous rappelle cette belle fleur coloré, mais attention, le lupin est également une mauvaise herbe… toujours l’ambivalence.

et je termine, pour l’instant, sur une très belle citation…

… Sur la vocation d’écrivain :

En 1898, un jeune auteur envoie son livre à Maurice Leblanc et sollcite ses conseils. Le futur père d’Arsène Lupin lui répond ainsi :

« Je n’ai point à vous donner de conseils que les deux suivants :

Lisez beaucoup de nos grands écrivains, ceux qui ont bien le génie français, Montaigne, Pascal, La Bruyère, le Voltaire des contes, Paul-Louis Courier, Flaubert, Renan…306212_357090031066026_1108134372_n

Vivez. Oui, surtout vivez, tâchez de sentir beaucoup, d’aimer, de souffrir, d’être heureux. Nous vivons pour vivre. C’est notre premier devoir. Et puis c’est le meilleur moyen de faire de bonnes choses. Une oeuvre ne se soutient que si elle est fondée sur la vie. Celui qui reste enfermé dans son cabinet bâtit sur le vide. Quand il y a du soleil dans la rue ou une jolie femme quelque part, lâchez votre plume. Il sera toujours temps de la reprendre, après, et ce que vous écrirez n’en sera que plus imprégné de chaleur et de beauté. » Maurice Leblanc, cité par Jacques Derouard dans le volume Arsène Lupin, éditions Librairie des Champs-Elysées, 1998.

2 réflexions sur “Quelques anecdotes concernant Maurice Leblanc !

  1. J’aime beaucoup son conseil ! D’ailleurs il vaut pour tout les arts ; ce n’est qu’une question de passion et de sentiments à partager avec les autres.
    Enfin, c’est mon avis.

    • je suis du même… donc avec M. Leblanc, nous sommes déjà 3😉
      N’importe quoi peu m’inspirer en tant qu’écrivain, un rayon de lumière, un son, une senteur… même un très mauvais film ! C’est vraiment une affaire de vie… d’expérience, c’est un peu plus compliqué, attendu que dans le roman d’aventure ou d’horreur, on rêve plutôt qu’on ne vit… mais il est vrai que j’ai commencé un jour une nouvelle fantastique à cause d’une bouteille de coca posée sur une table !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s