Les Crimes de Van Gogh de José Pablo Feinmann

41AEP1CJY1LVoici un roman qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant… Après quelques dizaines de pages, je me préparais à en faire une mauvaise critique (cliché! Vu et revu…) mais brusquement, son autre dimension m’est apparue… et je ne parle pas d’une visite du fantôme de l’Eventreur !

Présentation Editeur : Cinéphile averti, Fernando Castelli aimerait bien cesser de servir le café à des producteurs pour devenir un scénariste à succès. Mais quand on a une mère abjecte, on ne change pas si facilement son destin. A moins de faire une rencontre décisive avec un tueur mythique, de devenir par exemple le disciple éclairé de Jack l’éventreur et de commettre un meurtre, puis deux, puis trois…

 

Donc, les premières pages vous présente Fernando, jeune homme rêvant de gloire, avec une mère-cliché, une vie-cliché et un désir de devenir Norman Bates tout aussi cliché… L’apparition des mânes de Jack l’Eventreur n’arrangeant pas les choses… Cependant, si Fernando zigouille allègrement des victimes-cliché, il n’est finalement pas le héros de cette histoire (je sens qu’il n’apprécierait pas cette déclaration… il n’y a que la vérité qui fâche…), car sous couvert de roman policier, José Pablo Feinmann assassine allègrement la société Argentine (et les Etats-Unis s’en prennent une bonne au passage également, en la personne de Greta Toland, mangeuse d’hommes et capitaliste cinématographique qui est prête à réécrire l’histoire et affronter des serial-killers tant que ça lui rapporte des gros sous…). L’argentine est au coeur de l’histoire : son passé que tous veulent oublier pour ne pas l’affronter, son futur… pas forcément sous les meilleurs hospices. On calque la société américaine, tout en clamant qu’on est Argentin… Les medias sont méchamment passés à la moulinet, à juste titre, car il faut le reconnaître, un bon crime ça fait vendre du papier et monter les audiences… La police en prend pour son grade aussi, les politiciens… qui s’inquiètent des crimes de Van Gogh pour une bonne raison : les élections à venir ! … On s’inquiètent d’ailleurs plus de leur idylles que des victimes…

Et finalement, les destins individuels, la mesquinerie humaines, l’égoïsme sont bien là aussi… et on se dit que Fernando est peut-être, tout serial-killer qu’il est, le plus innocent, le plus naïf de tous !

Un roman que je recommande, pour sa noirceur qui n’est pas simplement dans le crime… Car, qui était Jack L’Eventreur, sinon un reflet de la société ? Attention toutefois, chers cinéphiles, beaucoup de films sont mentionnés dans ce roman, et il y a ainsi bon nombre de spoliers (ainsi, mieux vaut voir Psychose du mai#tre Hitchcock avant de lire le roman… cela vous gâcherai le plaisir du film !)

 

P.S. Pour mes chers Holmésiens… il y a une petite discution entre Jack et Fernando concernant la vraie identité de Jack, et il est fait mention de Sherlock.

Une réflexion sur “Les Crimes de Van Gogh de José Pablo Feinmann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s