Gentlemen aux chapeaux… Lupin, Caffrey et Reddington

Vous connaissez ma passion pour les cambrioleurs, mauvais garcons et gentils vauriens en tout genre(tant qu’ils sont fictionnels, s’entend), et bien, me voici face à une fascinante trinité…

Mon cher Arsène, son jeune et sémillant héritier américain, Neil Caffrey, et un anti-héros trouble et séduisant qu’est Raymond « Red » Reddington…

Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris de me voir rapprocher les trois… Ainsi, Caffrey et Reddington pourraient être Lupin a des périodes différentes de sa vie… Neil est un jeune cambrioleur au début de sa carrière, plein d’illusions comme le jeune Raoul de La Comtesse de Cagliostro. Red est un homme qui a vécu et qui connait les mauvais tours que peut vous jouer une existence d’aventurier ; c’est un manipulateur tel que l’est le Lupin plus sombre de 813, un homme prêt à tout pour faire avancer le destin du monde dans le bon sens, si ce sens le sert.

 

Un point de détail qui rapproche les trois ? L’élégance.

Evident, me direz-vous ?

Certes, mais c’est ce qui les différencie d’autres héros modernes, pour toutes leurs fautes et leurs erreurs, ces héros sont comme Lupin des gentlemen « à l’ancienne »… Neil Caffrey est bien sur le plus proche de Lupin (et je me demande si les créateurs de cette série n’ont pas lu Leblanc), origine trouble, faute originelle attribuée au père, nom inconnu et nom de guerre, répugnance pour les armes à feu, amour des belles femmes et des belles combines et amour du luxe. Car on associe souvent, à tort, l’ami Lupin et l’habitant de la forêt de Sherwood… Non, Lupin n’est pas Robin des bois (et Neil Caffrey non plus). Certes, ils ont tous les deux un bon fond, mais c’est l’occasion qui fait le laron (dans tous les sens du terme) et ni l’un ni l’autre ne sont des chevaliers blancs par vocation. Lupin se comparait à un bon bourgeois amoureux de sa bourse, Caffrey serait alors un BoBo bourgeois bohème qui veut son panorama sur new York et son expresso dont une seule tasse coûte le même prix que mon budget annuel pour ce breuvage…

Reddington a aussi un amour du luxe, qui l’a conduit où il est aujourdhui (saison 4 pour l’instant, en ce qui me concerne)  mais ses motivations sont plus sombres, et la bonne action deci delà souligne d’autant plus les souillures sur l’armure de ce renegat, de ce ronin.

Le meurtre – vendetta ou utilitaire – n’effraie par Reddington… Mais on oublie souvent que Lupin en est aussi coupable, un Lupin plus mature et plus sombre qui pousse au suicide, exécute un traitre, ou étrangle de ses mains… Les trois crimes d’Arsène Lupin : Maurice Leblanc ne fait pas là de fausse publicité… La force de Lupin, c’est d’être le phénix, de renaitre de ses cendres, et de nous faire oublier ses écarts… et de redevenir léger après avoir été (trop) grave.

L’entrée en scène de Reddington fait écho à celle de Lupin. On commence par une arrestation… Cependant, les deux criminels, du fond de leurs cellules, sont en position de pouvoir, ils dictent les règles du jeu. Cest un peu plus complexe pour Caffrey, mais comme Lupin, lui aussi commence sa carrière par une brillante évasion. Pour coller à l’actualité, j’ajoute que le passage en prison d’Assane Diop dans la série Lupin de Netflix fonctionne de la même facon, le prisonnier à le contrôle…

« Everything about me is a lie », nous dit Reddington dans le premier épisode de Blacklist… C’est le credo d’Arsène Lupin…

Arsène Lupin et Neal Caffrey entrent en scène…

wc4J’avais parlé sur Facebook  de White Collar avec Dark Raven… Il est vrai que Neal Caffrey et Arsène ont un petit air de parenté, et que la série américaine qui arrive à sa cinquième saison est pleine de qualités… humour, action, suspens et élégance, pour résumer.

En y réfléchissant après coup, je me suis dis que mettre en parallèle le tout premier épisode de la série et les trois premières nouvelles écrites par Maurice Leblanc (« L’arrestation d’Arsène Lupin », « Arsène Lupin en prison » et « L’évasion d’Arsène Lupin ») pourrait faire la lumière sur la parenté entre ces personnages qui sont apparus, il faut le noter, à plus de 100 ans d’intervalle.

Concernant la question que posait mon précédent article, « Peut-il y avoir des gentlemen-cambrioleurs aux XXIème siècle ? la réponse est Oui ;  Neal Caffrey nous le prouve !

Cette série, horriblement titré « FBI en français : duo très spécial »  (ça pourrait presque être un titre de film érotique, quand on y pense! yerk !), est un petit joyau. White Collar est un petit joyau. Plus je la regarde, plus j’aime Neal Caffrey, ce voleur sorti d’un autre âge, capable de sauter en parachute du haut d’un immeuble pour réaliser un beau cambriolage sans déranger son épingle de cravate et dont la garde-robe est dérobée au Rat Pack… déjà un vol…

mais commençons par le commencement…

Quand nous rencontrons Neal Caffrey, il possède déjà, mis à part de nombreuses oeuvres d’art acquises de manière ALGC cillégitime, sa petite célébrité… Oui, dans le monde des voleurs, comme dans celui des policiers, on connait Neal Caffrey, on sait de quoi il est capable, on le craint ou on l’estime. Premier point commun avec Lupin : « Arsène Lupin parmi nous ! l’insaisissable cambrioleur dont on racontait les prouesses dans tous les journaux depuis des mois ! l’énigmatique personnage avec qui le vieux Ganimard, notre meilleur policier, avait engagé ce duel à mort dont les péripéties se déroulaient de façon si pittoresque ! » (« L’arrestation ») Oui, Lupin est célèbre dès sa première aventure, alors que Neal est reconnu par celui qu’il poursuit, « Le Hollandais »…  Célébrité, pas un vain mot!

Comment rencontrons-nous Neal ?… Un jeune homme en prison, qui change d’apparence pour sortir, comme si de rien n’était, déguisé en gardien avant d’emprunter une Rolls (excusez du peu!) pour rentrer au pays, comprenez, à New York… ça ne vous rappelle pas une certaine évasion! (attention, spoilers!) Et oui, le changement d’apparence, l’esbroufe d’assister à son propre procès sous les traits d’un autre, de forcer le policier qui l’a arrêté après tant de périphéties à déclarer « Monsieur le président, j’affirme que l’homme qui est ici, en face de moi, n’est pas Arsène Lupin », alors que si, c’était Lupin ! … Caffrey & Lupin, réunit dans la frime et le culot!

Car l’un et l’autre en ont, du culot! et un sacré bagage… Ainsi, Neal est tombé pour une petite escroquerie, mais est soupçonné de douzaines d’autres forfaits et la liste de ce que la justice reproche – ce qu’elle suppose surtout, car elle n’a pas tant de preuves que cela –  occupe de nombreuses pages des minutes du procès de Lupin… Mais voilà, la justice ne peut rien affirmer…

White_Collar_Outtake_Shot_by_drako1326

C’est vrai que Neal et Peter n’ont pas la même relation qu’Arsène Lupin et Justin Ganimard… 😉

Vous me direz, Neal a quand même passé près de cinq ans en prison, alors que Lupin a pris des vacances de quelques semaines… Oui, certes, mais autre temps, autre moeurs, et je vous répondrai qu’une fois l’évasion décidée, Neal a mis un mois et demi à l’accomplir… C’est que c’est quatre ans de prison ont une raison… une raison en jupons… (enfin, à notre époque en pantalon). Pourquoi était-il en prison ? pour Kate… Pourquoi se laisse-t-il reprendre ? à cause de Kate ?… Pourquoi Arsène Lupin se laisse-t-il arrêter ? parce que Miss Nelly le regardait… Pourquoi ne vole-t-il rien au château de Thibermesnil (ou plutôt remet-il tout en place) ? à cause de Miss Nelly…

wc2Neal est un tendre, Arsène aussi… cependant Arsène papillonne plus, du coup les séjours en prison ne sont qu’utilitaires… Ils ne vivent pas non plus à la même époque… Notre vingt-et-unième siècle s’éloigne sérieusement du système Bertillon… Mais là, c’est moi qui m’éloigne du premier épisode…

Je pourrais entrer dans les petits détails, vous dire que la débrouillardise de Neal, son charme, et son statut d’escroc lui permettent d’éviter l’hôtel miteux fourni par le FBI pour filer sur Riverside dans un hôtel particulier à 10 millions de dollars… Je pourrais vous dire que Ganimard n’est pas si loin de Peter Burke  – il est le premier policier de France, après tout – mais que Leblanc souhaite ridiculiser le représentant de la loi (même si Lupin les aime bien, ses poursuivants, et qu’il leur offre même sur un plateau quelques affaires et quelques lauriers), alors qu’entre Neal et Peter c’est plus subtil : Le jeu du chat et de la souris s’installe, de même que l’amitié… Oui, mais Lupin aussi a un ami dans la police, l’inspecteur Béchoux… Peter est un personnage très intéressant, et j’attends avec impatience de voir ce qu’il va se passer dans les saisons 4 et 5 (bientôt!), car Peter est un chevalier blanc qui, comme un certain Sherlock Holmes, aurait pu être un grand criminel dans une autre vie… oui, je pourrais vous parler de tout ça, mais je vais terminer sur une petite anecdote délicieuse…

Arsène Lupin en prison, s’ennuie… Certes, il s’occupe de ses affaires, mais il ne peut s’empêcher de cabotiner. Quoi de plus drôle que de voler la montre du juge d’instruction… Quant à Monsieur Caffrey, avant de s’évader, il dérobe l’American Express de l’épouse du directeur de la prison…

Neal-Caffrey

Je ne résiste pas à l’envie de choisir cette photo pour conclure… Est-ce un Sy Devore, ce costume ?

Peut-il encore exister des gentlemen-cambrioleurs au XXIème siècle ?

pour en savoir plus sur les gentlemen-cambrioleurs au fil du temps, cliquez donc sur l’image 😉

Si certains ont lu mon premier livre (j’en connais au moins 2 ! c’est déjà pas mal), ils savent que l’après-guerre n’a pas été un vivier de gentlemen-cambrioleurs (loin s’en faut!).

En effet, les souffrances  causées par le dernier conflit mondial, la montée du terrorisme, la multiplication des armes… Nous sommes bien loin de la légèreté des aventures d’Arsène Lupin, de l’insouciance de la Belle-Epoque… (attention, légèreté de façade! pensons Île aux trente cercueils, Dents du tigre, et j’en passe) 

Dans la deuxième moitié du vingtième siècle, les nouveaux héros sont des terroristes, des agents secrets (Bond… James Bond) mais d’escrocs magnifiques et de génie, il n’y en a plus.

Et au vingt-et-unième ?ile1

Le grand succès policier de ces dernières années, c’est la trilogie de Stieg Larsen où le héros est un journaliste d’investigation (il y a du boulot!) et l’héroïne, loin des Clarisse, Florence et autre Raymonde, une fille au passé terrible couverte de tatouages et pas commode du tout! Autre héros du nouveau millénaire, un charmant policier scientifique de Miami qui analyse des tâches de sang pour assurer son pain quotidien et dont le passe-temps et de découper de vilains personnages la nuit avant d’aller nourrir les poissons avec les morceaux : Dexter de Jeff Lindsay (vous l’aviez reconnu). Un tueur en série qui tuent des tueurs en série… Bien plus salissant que le cambriolage en salon et le voyage punitif en sous-marin (quoique… spoilers ! attention à la crucifixion une fois le sous-marin accosté !). Voici des héros ou anti-héros qui ont nos faveurs… Et oui, Patricia Highsmith avait déjà prouvé qu’on pouvait s’attacher à un tueur en série (sa série Mr. Ripley)…

Mais l’ami Lupin dans tout ça ?

Il semblerait que son élégance raffinée ne soit plus de mise dans notre siècle où la violence est devenue une banalité quotidienne (regardez donc les journaux télévisés… personnellement, j’évite!)… Et pourtant, je pense qu’on peut encore créer des personnages de la force d’un Lupin… victoret attention, pas un « Lupin en peau de Lapin » ! (Victor de la Brigade Mondaine). Lupin est d’ailleurs un personnage qui vit avec son temps, qui le devance même ! voiture rapide, sous-marin personnel, une main dans les réseaux postaux, des hommes partout, même dans la police!… Lupin a son réseau, à l’image de nos réseaux sociaux modernes (sans le smartphone cependant… mais avec poésie), et il utilise tout ce que la technologie peut lui offrir… Et Lupin n’est pas aussi lisse qu’on ne le croit. Oui, Lupin n’est pas un ange même s’il a des principes, ne l’oublions pas…

Alors, oui, Arsène Lupin peut revenir au XXIème siècle, j’espère l’avoir prouvé… 😉couv lupin 1er

Et au demeurant, je lui ai découvert un petit frère, au bel Arsène… un certain Neal Caffrey… Je vous en parle ?

j’entends votre réponse affirmative, donc…

… à suivre… demain !