Stoker (2012)

Stoker-2013-poster-1Synopsis : Après la mort de son père dans un étrange accident de voiture, India, une adolescente, voit un oncle dont elle ignorait l’existence, venir s’installer avec elle et sa mère. Rapidement, la jeune fille se met à soupçonner l’homme d’avoir d’autres motivations que celle de les aider. La méfiance s’installe, mais l’attirance aussi… (via Allociné)

En voilà un film dérangeant, car il faut bien l’avouer, India n’est pas un ange, et sa chère maman ne verse pas de vraies larmes pour le défunt, trop occupée à roucouler devant le charmant tonton apparu comme par magie, comme le visiteur dans le film Théorème de Pasolini… Oncle Charlie n’est pas lé pour amener la paix aux deux femmes… Oncle Charlie n’est pas un ange non plus… mais est-il un démon ?

Ce film est un jeu de masques et de faux-semblants. La beauté du diable, l’innocence de l’enfance, la tristesse, le désir… Rien n’est à sa place, mais tout est là. Présenté comme un film d’horreur (non mais franchement !) c’est un thriller psychologique qui parle de la folie , et vous laisse perplexe à la fin ; car sans vous dévoiler les tenants et aboutissants de l’intrigue, je dirais qu’on s’attache facilement aux « mauvais » personnages (tout en sachant que…) et que la frontière entre bien et mal devient très élastique, d’autant  plus que les acteurs font un travail d’interprétation grandiose.

Un très bon film, pour amateur averti.

de Chan-wook Park
avec Mia Wasikowska , Nicole Kidman et Matthew Goode.

stoker_ver4_xlg

Duet

Vu il y a quelques jours, le film Stoker (2013, de Chan-wook Park, écrit par Wentworth Miller… oui, le tatoué évadé de Prison Break) ne m’a pas laissé indifférente : Bon scénario, bons acteurs, ambiance dérangeante… Une bonne surprise !

Et étonnament (si on considère que je suis avant tout une « rock chick » … même si je n’aime pas les étiquettes, la musique m’a également beaucoup plus, tout particulièrement ce morceau au piano de Philip Glass, morceau pendant lequel se joue (dans tous les sens du terme) une scème clef du film…