Lupin par Netflix

Cela faisait très très longtemps que je n’avais rien publié ici…

L’annonce d’il y a quelques mois, d’un Lupin sauce Netflix, ne m’avait même pas fait réagir (en public du moins), car comme le cher inspecteur Ganimard, je rongeais mon frein en coulisses. Pour être honnête, j’avoue que l’association entre mon cher Arsène Lupin et Omar Sy m’avait fait grincer des dents… J’aime bien Omar pour le SAV sur Canal ; Intouchables (2011) d’Eric Toledano avec Francois Cluzet est un très beau film… mais s’attaquer au héros épique qu’est Lupin, c’est autre chose.

Un comique dans la peau du cher Arsène ? je voyais déjâ venir une catastrophe à la Holmes & Watson (2018, Etan Coen) me pendre au nez… Je ne vous ferai pas la liste de mes réticences et inquiétudes, on y serait jusqu’en mars… Et je ne voulais pas la faire, cette liste, à l’époque : je préfèrais attendre, mon scepticisme bien au chaud…

9 janvier 2011… Installée au coin du feu avec de délicieux brownies artisanaux, si besoin de réconfort… et Netflix.

Premièrement, on m’avait trompée… Omar Sy, alias Assane Diop, n’est pas Arsène Lupin, mais un admirateur du gentleman-cambrioleur de Leblanc. Assane se rêve Arsène…

Point positif pour moi dans cette adaptation contemporaine… Quel lecteur de Lupin ne s’est pas rêvé Arsène en tournant les pages des romans de Leblanc ? Le point de départ est donc sympathique et permet de créer des parallèles en Assane et son héros. Victime d’une terrible injustice dans sa jeunesse – son père est accusé d’un vol qu’il n’a pas commis…. (Tiens, cela me rappelle quelque chose ?..) Assane se réfugie dans la lecture du dernier livre que lui a offert son père et décide de devenir son héros, plutôt qu’un orphelin victime du système… Quand le collier de la Reine réapparait, c’est l’occasion de se venger des bourreaux de son père… Mais la vengeance n’est pas si simple, et Assane va devoir être à la hauteur de la réputation de son héros pour s’en tirer sans mal…

Je ne veux pas trop en dire, je tiens à vous laisser découvrir la série de Netflix, mais je peux vous confier quelque chose :

J’ai adoré !

L’interprétation comme le scénario sont solides. Au demeurant, le point de départ de cette filiation par la lecture me plait beaucoup… Devenir son héros. Les épisodes sont parsemés d’éléments des aventures de Lupin, sans pour autant pousser le trait… Donc si vous n’avez pas lu Maurice Leblanc ( je ne juge pas, mais bon… si, un peu quand même…), vous pouvez suivre l’intrigue sans difficulté, mais si comme le héros vous avez epuisé pas mal de copies, on vous offre plein de petits clins d’oeil allant jusqu’au cliché : Ce fichu haut-de-forme ! il doit embêter Arsène Lupin autant que le deerstalker énerve Sherlock Holmes! Mais justement, ce haut-de-forme amusera le passioné, et fera entrer le débutant dans le monde d’Arsène…

Maintenant, ce que j’espère vraiment, c’est une suite, rapidement, car comme tout bon feuilleton écrit par Maurice Leblanc, Lupin (dans l’ombre d’Arsène), nous laisse suspendu en plein vol – sans jeu de mots – au terme de son 5e épisode…

Et les brownies ? disparus ! Sûrement un coup de Lupin !

Perception (2012)

perception-saison-1-tntJe ne sais pas pour vous, mais pour moi, Eric McCormark c’est le sympathique (un brin maniaque) Will Truman de la sitcom Will & Grace. Bien sûr, Eric McCormark a une filmographie télévisuelle et cinématographique bien plus touffue que ces 8 années à jouer l’avocat gay, mais il y a des rôles qui marquent, que voulez-vous… Celui du docteur Daniel Pierce va marquer également sa carrière.

Point de départ de la série : Le Dr Pierce est un neuroscientifique talentueux mais apparemment excentrique qui enseigne à l’université de Chicago. Il a été un temps consultant par le FBI, aidant à résoudre des enquêtes complexes ou inhabituelles. Il est en fait atteint de schizophrénie, mais ses hallucinations l’aident à résoudre les enquêtes. Dans le pilote de la série, il retrouve l’agent spécial Kate Moretti avec qui il avait déjà fait équipe. Kate est en fait une ancienne élève. Extrêmement brillante, ses propres excentricités lui ont valu d’être rétrogradée.

Ne nous voilons pas la face, il y a du Sherlock Holmes chez Daniel Pierce… Cerveau extrêmement brillant, difficulté en société (dû à sa schizophrénie, pas à un sentiment de supériorité…), don d’observation exceptionnel qui se traduit par des hallucinations qui sont des messages codés de son esprit pour l’aider à dénouer les fils de l’intrigue. De Jeanne D’arc à un officier français de la première guerre mondiale, le cerveau du Docteur Pierce est très inventif, et c’est des plus divertissants.

Kate (Rachael Leigh Cook) n’est pas un pauvre Watson. Elle aussi est un cerveau brillant, même si elle manque un peu d’excentricité (étant parfaitement saine d’esprit). Daniel est à la fois son ami et son mentor et j’aime beaucoup leur relation (en espérant que les scénaristes gardent cette relation dans l’amitié !). Les seconds rôles sont également sympathiques, le recteur de l’université, l’assistant de Daniel qui est un peu sa « nounou », son amie Natalie… 

Cette série est pleine de promesses : mystère, humour et une pointe d’émotion… Le point noir ? 

Le point noir n’a rien à voir avec la série, mais avec sa diffusion ! Là, j’ai envie de pousser mon coup de gueule !

Il semblerait que 2 semaines d’une diffusion de masse (4 épisodes le premier soir, 3 le second !) donne à penser à M6 que cette série n’a pas sa place dans les grilles de programmes… et de nous balancer NCIS : Los Angeles (j’avoue pas fan), sans avoir au moins la décence de finir la première saison ! Le respect du spectateur ? un vain mot… Surtout qu’en face de Perception, les semaines passées, il y avait Sherlock… attendu depuis des mois, des années par des fans désespérés… Mais non, on ne prend rien en compte et on ne donne pas sa chance à la série… Chers programmateurs de M6, comme je regrette votre Trilogie du samedi  : Buffy, Dark Angel, Smallville, Supernatural.. c’était une programmation intelligente où tout le monde trouvait son compte ! 3 séries différentes, un épisode (comme la BBC le faisait avec Doctor Who et Merlin par exemple)… et là, je pourrais m’énerver vraiment et perdre le fil de cette complainte que je garde dans une prose aimable… La diffusion de Supernatural, vers minuit, pour les insomniaques sans doutes ! et erratique encore cette diffusion ! à tel point que mon anglophonie et moi avons choisi la solution DVD ! (il semblerait d’ailleurs que Warner ait compris le problème, puisque vous trouverez les sous-titres français sur les DVD imports… étrange, n’est-ce pas ?) 

Et je pourrais en citer d’autres, des séries qui n’ont pas été diffusées correctement, tronquées, oubliées : M6 n’a jamais acheté les dernières saisons de Sliders par exemple… et TF1 a rangé Seaquest police des mers aux oubliettes… 2 exemples parmi tant d’autres ! 

le respect du spectateur (même s’il ne fait que quelques « pour cent » de part de marché… et le bouche à oreille, et la progression… en ont-ils entendu parler ??), donc oui, le respect du spectateur, un vain mot… Donc, je vous conseille chaudement Perception (renouvelée pour une  troisième saison, je dis ça, je ne dis rien!), et comme à mon habitude, je ferai confiance à mon vieil ami, le lecteur DVD (parce que je pourrai aussi vous parler de la multiplication des pages publicitaires qui tuent le suspens et l’attention… une autre fois sans doute !)