les Lames du Cardinal de Pierre Pevel

 

De Pierre Pevel, j’ai déjà lu et apprécié les Enchantements d’Ambremer et la trilogie du Chevalier de Wielstadt. Une uchronie mettant en scène des dragons à l’époque de Richelieu (oui, Richelieu, comme Dumas, j’ai tendance à placer Louis XIII au second plan), c’était donc des plus tentants…

Je vous parlerai donc des trois romans, en évitant de trop en dire…

81j8DHg0w0LLes Lames du Cardinal (tome 1)

« 1633, sous le règne de Louis XIII. Le Cardinal de Richelieu veille à la bonne marche du royaume de France, de plus en plus menacé par l’Espagne et ses nouveaux alliés : les dragons. Or à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels : le Cardinal se voit contraint de faire appel à une compagnie d’élite qu’il avait lui-même dissoute. Sous le commandement du capitaine La Fargue, les bretteurs les plus vaillants et les plus intrépides que possède le royaume sont ainsi réunis pour former à nouveau les redoutables Lames du Cardinal. » (présentation éditeur).

Pour qui a lu Les 3 Mousquetaires, nous sommes en terrain conquis ! l’ambiance est là, l’intrigue est complexe, et le Cardinal mène le bal de loin. Il n’est pas le vilain de l’histoire, comme chez Dumas, mais politicien et stratège de haut-vol ; c’est loin d’être un agneau quand même ! On croise certains autres personnages de Dumas, personnages historiques, il faut le rappeler, Athos, Monsieur de Tréville, Anne d’Autriche… Il faut être honnête, si je n’ai pas eu du mal à entrer dans l’intrigue, j’ai eu beaucoup de difficultés avec le foisonnement des personnages… On n’est loin d’Athos, Porthos, Aramis… Les lames sont 6, et il y a pléthore de seconds rôles tout autour d’eux… d’où une exposition un peu longue. Je me suis d’ailleurs retrouvé plusieurs fois à repartir en arrière pour identifier certains personnages, ce qui ne m’arrive pour ainsi dire jamais !

L’uchronie, comme pour les romans dont je vous parlais en introduction est très bien écrite, les choses sont faites par petites touches (bon, un dragon de quelques tonnes, ce n’est pas petit, mais je suis certaine que vous me comprenez). Ainsi, Pevel remodèle la société de l’époque sans la trahir, et je lui donnerai un autre bon point, rendre à Louis XIII sa personnalité forte et ombrageuse, car ce « pauvre » roi avait bien souffert de l’image d’Epinal crée par Dumas.

Je dois dire qu’au terme du premier volume, je n’avais qu’une envie : Lire la suite.

9782070448630L’Alchimiste des Ombres (tome 2)

« A peine remis de leurs dernières aventures, La Fargue et ses Lames du Cardinal doivent une nouvelle fois reprendre du service. En effet, la très belle et très dangereuse Alessandra di Santi, célèbre espionne connue sous le surnom de l’Italienne, les prévient d’un complot visant le trône de France et impliquant leur plus ancien adversaire : l’Alchimiste des Ombres, un dragon dont le seul but est de mettre à bas le royaume. Leur mission ne s’annonce donc pas de tout repos, d’autant qu’un danger bien plus grand semble menacer la France. » (présentation éditeur).

Dans ce deuxième tome, j’étais plus à mon aise : je connaissais les personnages (j’avais enfin assimilé qui est qui), et l’intrigue reprenait de plus belle, avec de nouveaux méchants,  et une belle espionne, peut-être écho de Milady… La menace sur le roi, les héros prient aux pièges de leurs secrets, et une reconstitution parfaite m’ont vraiment fait dévorer les 300 pages du romans, jusqu’à la fin en cliffhanger qui amène au dernier volume de la trilogie.

 couverture-32753-pevel-pierre-les-lames-du-cardinal-3-le-dragon-des-arcanesLe Dragon des Arcanes (tome 3)

« Un immense dragon noir menace Paris. C’est du moins les informations dont disposent les fameuses Lames du Cardinal. Mais l’ordre des Soeurs de Saint-Georges, pourtant chargé de contrer les dangers draconiques, ne semble pas décidé à intervenir et fait même obstruction à l’enquête d’Agnès de Vaudreuil. Les hommes du capitaine La Fargue ont déjà payé un lourd tribut à la défense du royaume de France, mais il se pourrait que cette mission soit la plus difficile. Qui se cache vraiment derrière le complot qui se prépare ? Des forces incontrôlables n’ont-elles pas été libérées ? » (présentation éditeur).

Là encore, j’ai suivi l’aventure sans déplaisir, cependant, je dois dire que j’ai été un peu déçue. Je trouve que les dragons des Arcanes font de la figuration en tant que méchants, et que le sort des personnages n’est pas assez défini… Il ne semble pas prévu de suite, et c’est bien dommage car finalement, si les Lames sauvent la France (ce n’est pas un spoiler, dans ce genre de textes, il faut bien que les bons remportent la victoire), ils en payent le prix, et j’avoue ne pas être à l’aise avec la dimension religieuse que prend le final… Les soeurs de Saint-Georges et le bon vieux coup de la destinée contre laquelle on ne peut pas lutter, cela ne me plait vraiment pas !… J’ai une dent contre cette pauvre destinée, allez comprendre pourquoi… De plus … attention spoilers … : le coup du masque de fer jumeau de Louis XIV, c’est tellement, mais alors tellement réchauffé !

J’avoue que je me suis dit : tout ça pour ça ? J’en aurais voulu plus… Car pas mal de choses ne sont pas résolues dans les dernières pages… Pour faire simple, je dirais que j’attends le Vingt ans après de ces autres mousquetaires…

Recette d’un gâteau littéraire…

Quel drôle d’exercice me propose Syl de Thé, Lectures et Macarons ? un gâteau littéraire… Je pensais que ça serait compliqué et… oui, ça l’est un peu, mais au final je me suis amusée comme une folle pour écrire cet article… et j’ai été affreusement bavarde !

Donc, je limite mon introduction à ces quelques mots : Bon appétit ! 😉

 

Farine

entretienIl faut un socle solide pour ce gâteau… Vous m’attendez avec l’ami Arsène, j’en suis sûre, cependant, je l’ai disqualifié (pour cause d’implication émotionnelle trop forte, de plus il n’aime pas tellement les gâteaux, il est végétarien… son domaine, c’est les serrures, pas la cuisine…). Donc, nous commenceront avec un autre auteur que je vénère, Anne Rice. Elle a révolutionné le personnage du vampire grâce à son roman Entretien avec un vampire. Donc, c’est ce roman qui sera le socle de mon gâteau et aussi celui d’une toute nouvelle littérature de genre… puisque avec Anne Rice, le vampire devient le héros, il n’est plus le croquemitaine. 

Oeufs

Pour les oeufs, il nous faut une série… une trilogie, même ! Je vous propose les aventures de Lucifer Box par Mark Gatiss (oui, le papa de Sherlock, que j’avais chroniqué l’année dernière). Après tout, dans le métier d’espion, il est bien connu qu’on ne fait pas d’omelette (ou de gâteau, pour le coup), sans casser des oeufs !

Beurre

princePour cet ingrédient, il faut une lecture qui glisse toute seule… Je vais donc encore me tourner vers le roman policier Britannique et vers le délectable Peter Lovesey… Lire un de ces romans, c’est un plaisir délectable est riche ! Je vous avais déjà parler de cette merveille qu’est Le Vicaire persiste et saigne, donc je vais vous proposer un autre titre : Le Prince et les sept cadavres… Où le fils de la reine Victoria, Albert-Edouard, dit Bertie, se retrouve à enquêter sur une série de meurtres… Mais vous pouvez aller découvrir Lovesey les yeux fermés, tous les titres que j’ai pu lire sont aussi jouissifs les uns que les autres !

Sucre

 

importance d'être constantPour ajouter la douceur à notre dessert, je pense qu’il faut choisir un auteur qui savait jouer du doux amer, de l’humour et du cynisme ; sachant se moquer, même de lui-même. Ma pièce préférée d’Oscar Wilde, L’importance d’être constant… doux, sucré, mais quand on y réfléchit, il y a beaucoup à deviner, c’est une saveur subtile, comme le bon dosage du sucre dans un dessert

Levure

leaves of grass walt whitmanTrès important la levure… et je me dis que ce qui fait s’élever l’esprit, c’est la poésie ! Pas besoin d’analyse, mais du ressenti… Voici un poème qui m’a touchée dans sa dureté : Ô capitaine, mon capitaine de Walt Whitman. Je ne l’ai pas découvert dans Le cercle des poètes disparu, je ne savais pas que cela faisait référence à l’assassinat de Lincoln avant de faire des recherches, mais je me suis senti par ce capitaine mort avant d’avoir réalisé ce qu’il a accompli. 

La poésie est pour moi un ressenti, pas un sujet d’analyse. C’est un miroir pour chacun, mais un miroir qu’on conserve. C’est avant tout un miroir pour l’auteur, et j’avoue que je ne suis plus dans la phase de dissection si universitaire, je préfère éprouver qu’analyser.

 

Chocolat

trilogieLe chocolat, c’est l’ingrédient gourmand… la gourmandise pour moi, c’est le texte qui surprend, lecture légère, mais aussi riche, et pour cet ingrédient, je vais vous parler de Pierre Pevel. Certes, un lien avec Lupin, puisque mon gentleman apparaît dans le cycle d’Ambremer, mais je vais choisir les aventures du Chevalier Kantz avec la trilogie de Wielstadt. Uchronie qui se déroule pendant la guerre de 30 ans, c’est brillant, à la fois bien documenté historiquement parlant, mais habité par des monstres réels ou à visage humains et des dragons. Une lecture riche et sombre que je recommande.

Framboises

maloneUn peu de douceur dans ce monde de brutes ! mais une douceur un peu brutale… Les Framboises, nombreuses, ce sont les romans de Craig Rice qui a su faire du Hard-boiled une comédie policière ! avec les aventures de Malone, avocat et enquêteur, il est facile de décorer notre gâteau : au choix, nain au violon (littéralement, dans l’étui du violoncelle), cadavre fugueur, vrai-faux fantôme et autres divertissements…

Pistaches (pour le plaisir coupable)

SN_Night Terror_CVR_27114.inddNight Terror de John Passarella… et finalement non, pas si coupable que ça ce plaisir… Je ne lis pas de fanfics, mais j’aime les novélisations… Au temps de l’adolescence, j’ai lu celles concernant Buffy, plus tard les Torchwood (très bons), mais mes préférées restent les novélisations de Supernatural… et Night Terror est à la hauteur des meilleurs épisodes de la série (peut-être même supérieur, car l’auteur peut se permettre un budget effets spéciaux qui crève le plafond alors que l’équipe de production n’a pas de cagnotte illimitée). J’ai choisi Night Terror, parce que j’adore l’idée de cauchemars devenant réalité (sadique ? mais non), mais tous les Supernatural novels peuvent être ajoutés comme touche finale de ce gâteau littéraire…