Freddie & Me de Mike Dawson

Freddie & MeJe répète souvent que je ne suis pas très BD… et pourtant, voilà un roman graphique que j’ai dévoré… Et pour cause ! Au coeur de cette bande-dessinée, la passion de l’auteur, Mike Dawson, pour le groupe Queen et Freddie Mercury.

Mike Dawson, écossais de naissance ayant déménagé aux Etats-Unis vers 11 ou 12 ans, a toujours baigné dans la musique de Queen (Tiens, ça me rappelle quelqu’un ?!?), et il retrace donc son enfance à travers cette passion. Il retrace aussi l’histoire du groupe, des sociétés Britannique et Américaines en filigrane… mais surtout en images ! Les dessins sont très sympathiques, et les portraits du groupe qui jalonnent l’histoire – l’autobiographie – sont vraiment saisissants. Deux arts se rencontrent, visuel et audio, et c’est une réussite !

On se retrouve dans cette vie d’un fan de Queen, quand on est passionné soi-même… C’est juste, c’est vrai, c’est drôle et plein d’émotions… C’est la vie, avec la musique de Queen pour l’accompagner…

60-Mike-Dawson-FreddieAndMe

Il est toujours difficile d’écrire de longues chroniques sur des textes (et images, pour le coup), qu’on a adoré; je l’ai déjà dis. Ici, j’ai accompagné Mike Dawson dans un parcours similaire au mien de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte (le début ! non mais, suis pas si vieille que ça). Comme lui, Queen m’a accompagné la plus grande partie de mon existence, comme lui ma passion a démarré très jeune (vers 5 ou 6 ans… je vous raconterai un jour), et comme lui, du fait de mon âge, il y eu des rendez-vous manqués… Quand Freddie nous a quitté, je n’avais que 11 ans (et ça y est, vous savez mon âge!).

Voilà, c’est plein de vie, plein de folie, c’est entre rêve et réalité, mais c’est une vie qui s’est construite grâce à de nombreuses influences, Queen étant l’une d’elles. Mike Dawson ne serait pas le même sans Queen, je ne serais pas la même sans Queen (ou l’ami Arsène 😉 ). 

p2_01_lgFreddie-talent

pour découvrir ce beau livre en Français :

freddie et moi

Pour lire une interview de l’auteur (en français), c’est ICI

Lectures de Novembre

Voilà, voilà… 3 malheureux livres… et aucun coup de coeur ! Pas vraiment le temps de lire car j’ai passé une grande partie du mois à traduire un texte que je voudrais publier en Anglais (et en français aussi, bien sûr!) et du coup, comme ça fait plus d’une centaine de pages… 

Je vous présente rapidement ces lectures, histoire de bavarder un peu…

Maintenant c’est ma vie (How I live now) de Meg Rosoff

how i live now

Je vous avais parlé du film (chronique en Anglais ICI, la chronique en français arrive bientôt, le film sortant en France en février prochain), que j’avais adoré, mais j’avoue que le roman me laisse vraiment perplexe. Soyons clairs, c’est la même histoire, mais ce n’est pas un coup de coeur comme le film. Comment l’expliquer ? peut-être parce que dans le film, les personnages sont un peu plus âgés (16 et 17 ans contre 14 et 15) et me paraissent plus matures. Daisy m’a pas mal porté sur les nerfs dans le livre alors que j’ai vraiment été touché par sa force et sa fragilité dans le film… En fait, voici l’un des rares exemple où je préfère l’adaptation à l’original. Attention, je ne dis pas que le livre est mauvais, et peut-être que les adolescents se retrouveront plus facilement dans le livre (et oui, j’ai un peu plus que 2 fois 14 ans… air connu !)…

Résumé :  » Tout a changé l’été où je suis partie en Angleterre passer quelque temps chez mes cousins. Un peu à cause de la guerre, qui a chamboulé pas mal de choses, évidemment, sauf que de toute façon, avant la guerre je ne me rappelle presque rien – pas de quoi écrire un livre, contrairement à ce qui va suivre. Non, si les choses ont changé c’est surtout à cause d’Edmond. Voilà ce qui s’est passé…  » Ce premier roman de Meg Rosoff a bouleversé l’Angleterre et s’impose partout dans le monde comme un texte majeur de la littérature jeunesse. Finaliste des plus grands prix littéraires internationaux, il a remporté le prix Luths en Allemagne, le prix Michael L. Printz aux Etats-Unis et le prix du Guardian en Angleterre. (source : Amazon.fr)

Sherlock Holmes and The Mystery Writer de Fred Thursfield ftLà non plus, ce n’est pas un coup de coeur. L’idée de départ est intéressante : Mary, la veuve du Docteur Watson demande de l’aide à Sherlock Holmes après des années de silence (il s’occupe de ses abeilles loin de Londres) car une de ses amies, Winnifred, est en danger. En effet, Winnifred, écrivain de romans policiers (inspirée d’Agatha Christie, m’a dit l’auteur), a découvert un document sensible, et « on » est prêt à tout pour le récupérer…

L’idée de base est bonne, mais je regrette un manque d’action (les personnages réfléchissent trop et remettent beaucoup au lendemain); le texte aurait gagné à être plus court (une longue nouvelle peut-être). On sent les connaissances historiques de Fred Thursfield, mais trop d’Histoire tue l’histoire, et au final, j’avoue ne pas avoir été emporté, et ne pas avoir vraiment trouvé là un problème digne de Holmes qui, s’il est encore un combattant hors-pair, n’a pas utilisé beaucoup ses petites cellules grises dans cette affaire.

pour vous faire votre propre opinion, par ICI ou MX PUBLISHING

Breakfast on Pluto de Patrick McCabe

breakfast_on_pluto_xlg

J’ai vu le film tiré de ce roman il y a des années, et je me souviens que j’avais apprécié le délirant parcours de Patrick « Pussy » Braden, travesti candide qui évoluait dans l’Irlande et L’Angleterre à l’époque des attentats de l’IRA.  Ce film est dans mon placard, et il faut absolument que je le revois, histoire de faire un petit comparatif, car le livre m’a un peu perturbé (la narration n’est pas vraiment linéaire). En effet, Patrick raconte des morceaux de son histoire, parfois dans le désordre, parfois ce sont des fantasmes quant au mauvais sort qu’il voudrait faire subir à son père (prêtre qui a violé sa mère, une adolescente qui faisait son ménage), et la langue est un peu étrange (il faut aussi connaître les termes familiers, abréviations, raccourcis de la langue anglaise). Patrick est un personnage à la fois candide et lucide, d’une espèce de lucidité désabusée, et attachant. Je pense que je vous en reparlerai de manière plus approfondie quand j’aurais revu le film avec l’adorable Cillian Murphy sous la direction de Neil Jordan (Entretien avec un vampire, donc sur ma A-list !)

Pour vous procurer le livre en Français : Asphalte Editions

Dernière minute ! Je viens de terminer Freddie & Me de Mike Dawson, et c’est un vrai coup de coeur et je suis déjà à mis chemin d’un pastiche d’Arsène Lupin qui me semble prometteur… donc finalement, le mois de novembre s’améliore sur la fin ! Je vous reparle plus avant de ces deux livres dans les chroniques à venir !