LES AVATARS D’ARSENE LUPIN – Partie 8

tumblr_lo814dwtsW1qa0qhqo1_400Conclusion sur Arsène, Raoul, Désiré et les autres…

Sur la question d’alter ego, Arsène Lupin est l’un des grands champions de la littérature française. Il change d’identité plus souvent qu’il ne change de costume, et c’est un des ingrédients de son succès. Lupin est avant tout un acteur qui s’amuse à jouer des rôles aussi divers que variés. il est aussi, chose importante, le metteur en scène de cette comédie humaine que sont ses aventures… Lupin entre dans n’importe quelle peau, et nous rend sympathiques ses avatars avant même de nous dévoiler qu’ils ne sont en fait qu’une nouvelle incarnation : Victor, Jim Barnett ou Raoul d’Andrésy sont tout aussi attachants que Lupin lui-même. Sous ses diverses défroques, il est vrai que transparaissent bon nombre de ses traits de caractère, mais il sait se rendre méconnaissable.

Sous le signe de l’autre

Lupin est placé dès l’origine sous le signe de l’autre. L’autre narrateur, témoin passif et anonyme des actes de son autre lui-même, célèbre et actif. La multiplication des identités, toutes différentes mais pleines de similitudes est le moyen d’existence du personnage. C’est même cette absence d’identité qui crée la reconnaissance avec le lecteur. Pour découvrir Lupin, jeu ludique et tacite entre écrivain et public, il faut chercher le personnage fort, démêler les vrais indices des fausses pistes et voir vers qui la sympathie se porte…

Sous diverses identités, dans divers miroirs

Raoul d’Andrésy, Victor Hautin, Don Luis Perenna, et surtout Jim Barnett, affrontent Arsène Lupin. Que peuvent-ils contre lui ? Peu, si on y réfléchit. Si Lupin change si souvent d’identité, c’est pour épaissir ces fameuses ténèbres qui lui tiennent tant à coeur. Mais c’est aussi une valse de déguisements, de vies auxquelles Lupin s’essaie, sans succès, puisqu’il finit toujours par redevenir Lupin. L’altérité, c’est peut-être avant la toute-puissance, une recherche de soi-même.

S’affronter à l’autre

fac-similé d'un fascicule original des aventures d'Arsène Lupin (Ed. 813)

fac-similé d’un fascicule original des aventures d’Arsène Lupin (Ed. 813)

L’affrontement est un fondement du problème de l’altérité. Au-delà des ennemis, Lupin s’affronte sans cesse à lui-même. Et souvent, les identités volées ou inventées doivent rendre les armes et laisser Lupin reprendre les rênes de l’aventure. C’est toujours Lupin le vainqueur, quand le nom est lancé, la victoire est certaine.

The End !

les avatars d’Arsène Lupin – partie 1

les avatars d’Arsène Lupin – partie 2

les avatars d’Arsène Lupin – partie 3 

les avatars d’Arsène Lupin – partie 4

les avatars d’Arsène Lupin – partie 5 

les avatars d’Arsène Lupin – partie 6 

les avatars d’Arsène Lupin – partie 7

Et pour en savoir plus : 

CouvLupin9

LES AVATARS D’ARSENE LUPIN – Partie 2

Pourquoi d’autres noms, d’autres vies ?

ALGC cArsène Lupin est un hors-la-loi et le métier de cambrioleur nécessite certaines précautions. Cependant, cela ne justifie pas un tel foisonnement identitaire : Au cours des vingt-deux romans et recueils de nouvelles qui mettent en scène Arsène Lupin, on dénombre plus de cinquante identités différentes. Dès la première apparition du gentleman, ce n’est pas Arsène Lupin qu’on rencontre, mais un jeune dilettante en voyage d’agrément, Bernard d’Andrésy… Le ton est donc donné, Arsène Lupin avance masqué : même emprisonné, il réussit à devenir un autre afin d’obtenir sa liberté. Désiré Baudru, deuxième incarnation de Lupin dans le premier recueil nous montre à quel point il est aisé pour lui de devenir autre, tout est affaire de volonté : « Aidé par une volonté complice, il [Ganimard] retrouvait la vie ardente des yeux, il complétait le masque amaigri, il apercevait la chair réelle sous l’épiderme abîmé, la bouche réelle à travers le rictus qui la déformait. » (« L’évasion d’Arsène Lupin ») Ici, le mot « masque » est essentiel. Pour Arsène Lupin son propre visage est un masque d’argile malléable selon sa volonté.

Désiré Baudru, le clochard substitué au gentleman-cambrioleur pendant le retentissant procès d'Arsène Lupin...

Désiré Baudru, le clochard substitué au gentleman-cambrioleur pendant le retentissant procès d’Arsène Lupin…

Il y a chez Arsène Lupin comme un désir originel de changement, de métamorphose, qui l’entraîne vers l’aventure : « Raoul d’Andrésy sera général, ou ministre, ou ambassadeur, à moins que ce ne soit Arsène Lupin. C’est une chose réglée devant le destin, convenue, signée de part et d’autre » (La Comtesse de Cagliostro), déclare un jeune homme de vingt ans, qui refuse encore le patronyme qui le rendra célèbre ; car si Raoul d’Andrésy est une des incarnations favorites de Lupin, c’est Arsène Lupin le grand homme. L’aventurier demeure Arsène Lupin, ses autres identités lui permettent de vivre non pas une, mais des vies plus ou moins ordinaires, plus ou moins rangées : il y a par exemple le légionnaire Perenna qui se bat pour la France, ou Victor, simple policier, ou encore le baron de Limezy, explorateur. Que de vies différentes pour un seul homme… victor

Cependant, la passion de l’aventure n’est pas tout. Lupin est un cambrioleur et un mondain tout à la fois : « le fantaisiste gentleman qui n’opère que dans les châteaux et les salons » (« L’Arrestation d’Arsène Lupin »). Pour opérer dans les salons, il faut en être un habitué. De là, Lupin, nouveau type de héros qu’Yves Olivier-Martin définit comme un « anarcho-mondain » (« Le Bal des voleurs, in Europe n° 604-605) se présente de nouveau comme un étrange paradoxe : loin d’être un voleur de grands-chemins, il apprécie plus que tout le confort d’une vie réglée. Lupin aime le luxe et la reconnaissance, c’est pour cela qu’il choisit des identités telles que celle du prince russe Paul Sernine : l’apparence et la possession sont très importantes pour Lupin. Le gentleman a besoin d’être l’objet de la reconnaissance sociale : prince, baron, homme du monde, ses identités les plus courantes se placent toujours dans la haute société. S’il est le fils d’un homme du peuple, Lupin a su se métamorphoser selon ses propres goûts et ses propres aspirations

Mais cette aspiration à atteindre les sommets n’est pas tout. La multiplication des identités à un autre but qui met en jeu la question d’existence.

à suivre…

(Les avatars d’Arsène Lupin – Partie 1)