Arsène Lupin, couvertures étrangères : Espagne (1)

Je l’ai constaté au temps (déjà lointain !) de mon doctorat, L’ami Arsène est populaire partout ! Ainsi, des étudiants Japonais étaient « transportés » à l’énoncé de mon sujet de thèse, et j’ai pu noter que sur la page Facebook que j’ai dédié à mes écrits, le monde entier est représenté.

Donc, j’ai eu envie de faire un petit tour du globe des couvertures de romans mettant en scène le gentleman-cambrioleur… Et il y en a des superbes !

Nous allons commencer avec l’Espagne  :

lupin espagnol2

Très beau portrait de Maurice Leblanc en première page de La Demeure mystérieuse

 

quelques couvertures :

Si vous avez des informations, n’hésitez pas à les partager. Je ne connais pas les artistes, les époques…

(j’avoue que ce n’est pas mon domaine d’étude, mais il n’est jamais trop tard pour apprendre !)

lupin espagnol 7 de coeur

Recueil ou fascicule avec une seule nouvelle ? en tout cas, j’ai réussi à traduire le titre 😉 : Le 7 de coeur.

lupin espagnol la créature infernale

La créature infernale… La Comtesse de Cagliostro ? un fascicule de 813 ? … j’en suis réduite aux conjectures, même si je penche pour la comtesse.

 

lupin espagnol le grand secret d'AL

Le grand secret d’Arsène Lupin … L’aiguille creuse peut-être ? Il en a tellement de secrets, ce garçon !

 

lupin espagnol le triangle d'or

Plus facile ! Le Triangle d’or. J’avoue que ce n’est pas ma couverture préférée.

Arsène Lupin Gentleman-cambrioleur (1905-1907)

CouvLupin9Arsène Lupin apparaît dans les pages de Je-Sais-Tout, le journal de Pierre Lafitte en 1905. Bizarrement, et pour le meilleur, il commence sa carrière par la fin… L’Arrestation… Cependant, et à cause de la pression de Lafitte et des lecteurs, il va bientôt s’évader.

Je pense qu’il est intéressant pour les pages exclusivement dédiées à Arsène Lupin sur ce blog de reprendre les volumes un par un pour vous donner un petit résumé, une opinion (tout ce qu’il y a de plus personnel… le plus souvent, j’hurlerai simplement au génie) et bien sûr quelques visuelles des splendides couvertures créées pour le gentleman depuis plus d’un siècle.  Commençons donc par le commencement :

Arsène Lupin gentleman-cambrioleur 

(nouvelles recueillies en volume en 1907)

Maurice Leblanc nous raconte quelques aventures du célèbre gentleman-cambrioleur qui a fait parler de lui pour la première fois en 1905 :

fac-similé d'un fascicule original des aventures d'Arsène Lupin (Ed. 813)

fac-similé d’un fascicule original des aventures d’Arsène Lupin (Ed. 813)

neuf aventures choisies, dont le triptyque L’arrestation d’Arsène LupinArsène Lupin en prison et L’évasion d’Arsène Lupin où l’on découvre toute l’ingéniosité du gentleman, capable de se laisser prendre pour mieux mener à bien ses projets tout en n’oubliant pas de se moquer des gendarmes.

L’arrestation d’Arsène Lupin

Un paquebot est en route pour les États-unis, un télégramme informe le commandant que Lupin se cache parmi ses passagers.

Sur le pont des premières classes, l’angoisse est grande…

Arsène Lupin en prison

Le gentleman est en prison, pourtant, le baron Cahorn reçoit une lettre de celui-ci lui intimant d’envoyer certaines pièces de sa collection sous peine de voir Arsène Lupin se servir lui-même.

Affolé, le baron demande l’aide du policier ayant arrêté le gentleman, Ganimard, qui justement se repose dans le village voisin.

L’évasion d’Arsène Lupin

Le procès d’Arsène Lupin va s’ouvrir, le gentleman a annoncé qu’il n’y assisterait pas. Une première évasion rocambolesque – Lupin revient de lui-même en prison – semble confirmer cette prophétie…

algcLe mystérieux voyageur

Trois personnes dans un wagon, en route pour la Normandie. L’un des voyageur attaque les deux autres, serait-ce le fraîchement évadé Arsène Lupin ?

Le collier de la Reine

Les Dreux-Soubise, possesseurs du célèbre « collier en esclavage » de la reine Marie-Antoinette, ont vu cette relique royale disparaître presque vingt ans plus tôt de manière mystérieuse.

Un vol en chambre close inexplicable que va pourtant démêler le chevalier Floriani.

Le Sept de coeur

Comment Maurice Leblanc a-t-il rencontré Arsène Lupin ? grâce à l’affaire du Sept de Coeur où il joue un rôle de premier plan.

D’abord, sa maison est cambriolée sans l’être, ensuite un homme vient se suicider dans son salon et, avec un ami, il découvre un squelette enterré dans son jardin… tout cela en rapport avec une simple carte à jouer, qui est en fait bien plus que cela.

Le coffre-fort de madame Imbert algc3

Une aventure d’Arsène Lupin alors qu’il n’est pas encore célèbre. Il se fait accepter chez les Imbert, détenteurs de nombreux titres, qu’ils ne peuvent toucher à cause de problèmes de succession.

Lupin convoite les titres…

La perle noire

Lupin, venu voler la célèbre perle noire découvre le cadavre de sa propriétaire et le bijou envolé.

Herlock Sholmes arrive trop tard

Le peintre Horace Velmont ressemble comme un frère à Arsène Lupin, son ami le banquier Georges Devanne le met au défi – par plaisanterie – de dévaliser son château avant l’arrivée d’Herlock Sholmès prévue le lendemain.

Il faudra à Lupin découvrir le secret du château de Thibermesnil, perdu depuis la révolution, pour accéder sans danger aux collections du banquier

algc

Mon premier exemplaire… il y en a eu d’autres dans mes bibliothèques !

LES AVATARS D’ARSENE LUPIN – Partie 1

Ce sera un autre feuilleton à épisodes (à raison d’un par semaine – rappelez-moi cette promesse si jamais j’étais distraite 😉  et Arsène Lupin au cinéma… et ailleurs ! reviens bientôt !). Pourquoi ? parce que Lupin a de nombreuses identités, et que toutes ces arton1152identités ont une signification particulière à un moment particulier de son existence… Je ne vous ferais pas le détail complet de chaque incarnation (l’ouvrier de « L’écharpe de soie rouge » ne mérite pas tout un chapitre…), mais je vais essayer de faire un tour d’horizon de ses identités marquantes.

Dès le début, il y a double identité, car Arsène Lupin, en fait Arsène-Raoul Lupin, est le fils d’un professeur de boxe et de savate, devenu escroc, et d’une demoiselle d’Andrésy. Mais, ce dédoublement va devenir au fil du temps multiplication, car Arsène Lupin c’est également don Luis Perenna, grand d’Espagne, le vicomte Raoul d’Andrésy, le prince russe Serge Rénine ou encore M. Lenormand, chef de la sûreté… Lupin, ce n’est pas qu’un fantastique et insaisissable voleur, c’est un fantôme, une rapsodie de caractère qui se manifeste à travers de multiples incarnations.

Pour savoir que l’on a affaire à Lupin, il faut qu’il se nomme lui-même. La question de la multiplication des identités est donc au cœur de la personnalité d’Arsène Lupin…

Et dès le premier recueil, il y a foisonnement d’identités…

Attention, article un peu long et potentiels spoliers pour ceux qui n’auraient pas lu le recueil

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, ou la multiplication originelle des identités

fac-similé d'un fascicule original des aventures d'Arsène Lupin (Ed. 813)

fac-similé d’un fascicule original des aventures d’Arsène Lupin (Ed. 813)

Arsène Lupin est né sous une étoile aux multiples facettes : comment oublier en effet que dans la première nouvelle, « L’arrestation d’Arsène Lupin », nous ne dialoguons pas avec le gentleman-cambrioleur, mais avec un passager du bateau, Bernard d’Andrésy… On peut y ajouter cette mystérieuse initiale qui terrorise tout le bateau : « Arsène Lupin à votre bord, première classe, cheveux blonds, blessure avant-bras droit, voyage seul, sous le nom de R… » (L’arrestation d’Arsène Lupin)  Deux identités se mêlent. Lupin trompe déjà son monde, au R de Raoul il substitut Bernard, un cousin décédé.

À l’échelle du recueil, le phénomène se généralise de manière exceptionnelle : pas moins de dix identités, réelles ou empruntées, se succèdent. Si on met à part la deuxième nouvelle, « Arsène Lupin en prison » où le gentleman n’est que lui-même, pensionnaire à la prison de la Santé, chaque nouvelle voit apparaître une nouvelle identité. Dans « L’évasion d’Arsène lupin », il emprunte l’apparence d’un pauvre vagabond, Désiré Baudru, dans « Le sept de coeur », il est à la fois Jean Daspry, homme du monde, ami de Leblanc et le mystérieux Salvator, correspondant de L’Echo de France pseudonyme qui se rapproche étrangement du mot sauveur…

Cependant, si la multiplication des identités est généralisée dans le recueil, certaines sont plus importantes que d’autres. Jean Daspry permet à Maurice Leblanc de créer un lien entre Lupin et lui. Horace Velmont réapparaîtra dans d’autres aventures. Deux identités, surtout, retiennent l’attention. Dans la nouvelle « Le coffre-fort de madame Imbert », on découvre Arsène Lupin : « Arsène Lupin n’avait pas alors cette célébrité que lui ont value l’affaire Cahorn, son évasion de la Santé, et tant d’autres exploits retentissants. Il ne s’appelait même pas Arsène Lupin. » (Le Coffre-fort de Madame Imbert ») Le gentleman nous est montré ici au début de sa carrière, à un moment où, du moins on peut le supposer, le nom maternel de Raoul d’Andrésy, laisse place à celui qui doit être célèbre, Lupin. De même, dans la nouvelle « Le collier de la reine », on rencontre le futur Lupin en la personne d’un garçonnet de six ans prénommé Raoul. Garçonnet qui réalise l’exploit de voler un collier historique sans se faire prendre, et qui, des années plus tard, s’offre le plaisir de venir narguer les propriétaires du collier en leur dévoilant tout de son forfait. Dans ces deux personnages apparaissent les grandes lignes d’Arsène Lupin. Il se crée lui-même de toute pièce. Il personnifie son propre mythe fait d’une intelligence exceptionnelle et d’un amour enfantin du rire et de la gaieté.

Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur est une véritable genèse du personnage mythique de Leblanc et de ses jeux incessants sur le thème de l’identité : Lupin n’est jamais réellement lui-même, au-delà des identités forgées de toutes pièces reste Arsène face à Raoul, c’est-à-dire le mythe face à l’homme, et surtout un personnage polymorphe qui avoue lui-même ne plus savoir qui il est :

 « – Moi-même, me dit-il, je ne sais plus bien qui je suis. Dans une glace, je ne me reconnais plus. Boutade, certes et paradoxe, mais vérité. » (« L’arrestation d’Arsène Lupin) 

Ainsi, le premier recueil pose les bases d’une question foisonnante dans les aventures d’Arsène lupin, celle de l’identité. On y rencontre tour à tour Lupin sans masque et ses avatars aussi multiples que dissemblables.

à suivre…