Jeremy Brett

3 novembre 1933 – 12 septembre 1995.

J’avais commémoré son décès, le 12 septembre dernier, je commémore donc sa naissance aujourd’hui. Mr. Brett fut un splendide Sherlock Holmes, mais pas que.

Voici une photo sur scène, dans le rôle d’Hamlet. C’est je crois la photo de lui que je préfère… Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais le formuler avec des mots. Elle est belle, c’est tout…

Poor Yorrick

Pour en découvrir un peu plus sur ce formidable acteur : Jeremy Brett Society of France

5 Septembre 1946 : Freddie Mercury

Parce qu’il était grandiose…

Parce qu’il avait du génie…

Parce que 22 ans après Brian, Roger et John ne l’ont pas oublié… et nous non plus…

Parce que tout simplement, je l’ai découvert quand je n’étais pas plus haute que 3 pommes et que je n’ai jamais cessé d’aimer sa musique et de l’admirer lui…

Mr. Bad Guy, Monsieur Freddie Mercury, aurait eu 67 ans aujourd’hui et aurait fêté cet anniversaire à sa manière, délirante et talentueuse…

Ma chanson préférée de Queen ? « Don’t Stop me Now« … l’hymne de Freddie…

PUBLISHED by catsmob.com

Pourquoi écrire un pastiche ?

Si vous voulez rejoindre la page de mon éditeur, cliquez sur l’image!

Voilà une question intéressante, n’est-ce pas ?

Beaucoup d’aficionados d’un auteur sont souvent opposés bec et ongles à la moindre tentative de toucher à l’oeuvre adorée… Agatha Christie a choisi de tuer son personnage fétiche, Hercule Poirot, pour que personne n’y touche après sa mort… Cependant, Poirot vit toujours, et l’interprétation du splendide David Suchet lui a donné toute sa force.

Au-delà de la question des droits d’auteurs, des droits moraux et du droit tout court, on peut simplement répondre que si on laisse de côté les suites commerciales (l’affreux Dracula Undead de Dacre Stoker et Ian Holt… Qui a écrit quoi ? peu importe en fait, le livre est une insulte à l’essence de Dracula… Si vous voulez une bonne suite essayez plutôt le livre de Freda Warrington, Le retour de Dracula), au-delà du droit donc, le pastiche est avant tout un acte d’amour.

Oui, d’amour, et de respect. Certes, le Larousse nous dit qu’un pastiche est une « Œuvre littéraire ou artistique dans laquelle on imite le style, la manière d’un écrivain, d’un artiste soit dans l’intention de tromper, soit dans une intention satirique », je préfère la version de Wikipedia (pour une fois! 🙂 ) qui nous dit qu’ « un pastiche (de l’italien pasticcio, « pâté ») est une imitation du style d’un auteur ou artiste, qui ne vise ni le plagiat ni la parodie ni la caricature. On peut en découvrir dans tous les domaines littéraires et artistiques. Il remplit plusieurs fonctions: de mémoire, d’humour, d’hommage (plus ou moins respectueux) voire de purs exercices de style. »

Certes le pastiche est aussi dérision, mais on moque souvent ce qu’on aime…

mais, pour moi, le pastiche, c’est avant tout l’amour… Regardez Boileau-Narcejac, qui ont grandi avec Lupin et, devenus des auteurs célèbres et célébrés, lui ont offert 5 nouvelles aventures qui auraient pu être de la plume de Leblanc tant on retrouve l’âme et le panache de Lupin! Marcel aimé, avec « La Clé sous le paillasson » taquine le mythe tout en soulignant à quel point nous l’aimons, ce cambrioleur mondain échappé des pages d’un roman…

Et me voilà, modeste à côté de ces grands messieurs de la littérature française, qui, après des années à lire et relire les aventures d’Arsène Lupin, ait décidé de lui en offrir une autre qui ferait écho à toutes les autres.

Quelques pastiches d’Arsène Lupin :

AYMÉ, MarcelLa Clé sous le paillasson  (1934) in Le Nain.

ASHTON, Edward GLes Enquêteurs internationales, La Petite Bibliothèque Lupinienne. (Les Aventures Oubliées d’Arsène Lupin ) reprint. (International Investigators, inc. In Ellery Queen’s Mystery Magazine, 1952).

BOILEAU-NARCEJACLe Secret d’Eunerville (1973), Paris, Librairie des Champs-Elysées.

BOILEAU-NARCEJACLa poudrière (1974) ; Paris : Librairie des Champs-Elysées.

BOILEAU-NARCEJACLe Second Visage d’Arsène Lupin (1975), Paris, Librairie des Champs-Elysées.

BOILEAU-NARCEJACLa Justice d’Arsène Lupin. (1976), Paris : Librairie des Champs-Elysées.

BOILEAU-NARCEJACLe Serment d’Arsène Lupin. (1977), Paris : Librairie des Champs-Elysées.

BONHOMAT, TribouletL’Imprudence d’Arsène Lupin in 813 n°12, Juin 1985.

BOUCHER, AnthonyArsène Lupin contre le colonel Linnaus. À la manière de Maurice Leblanc / inMystère-Magazine n°45 (1951), édition en langue française de Ellery Queen’s Mystery Magazine.- Paris : éditions Opta, 1952.- (Arsène Lupin versus colonel Linnaus in Ellery Queen’s Mystery Magazine.- Mercury publications, inc, 1944).

CANTEL, RudyVéritas, Cambrioleur (1937), Paris, La Technique du Livre.

CATOGAN, ValèreLe Secret des rois de France ou la Véritable Identité d’Arsène Lupin (1955), Paris : Éditions de Minuit.

DARMONT, LouisLe Scepticisme du CommissaireLe Peuple, 19 décembre 1921.

HERMONT, Jacques.-Treize Cent Huit.- LE PETIT DÉTECTIVE, n°5, décembre 1986.

JEPSON, Edgar ; LEBLANC, MauriceArsène Lupin. L’authentique roman de la pièce, d’après Maurice Leblanc et Francis de Croisset (1995), Paris : Claude Lefrancq Editeur. (Arsène Lupin, the authentic novel of the play, Londres : Mills & Boon, 1909).

LEBRUN, MichelMa vie est un roman (1982), préface de Paul Gayot.- Reims : Maison de la culture André Malraux.

NARCEJAC, ThomasL’affaire Oliviera / in Confidences dans ma nuit. (1946) “La mauvaise Chance” n° 7, Paris : Éditions Le Portulan.

PEVEL, Pierre.  Les Enchantements d’Ambremer (2003), Paris : Le Pré aux Clercs.

PEVEL, Pierre.  L’Élixir d’Oubli. Le Paris des Merveilles (2004), Paris : Le Pré aux Clercs.

(Lupin apparaît sous divers pseudonymes, et prête main-forte à l’héroïne de l’aventure, la baronne Isabel de Saint-Gil).

VARENNES, ClaudeSous le Masque d’Arsène Lupin (1945), Paris : O. Zeluck, éditeur.

ZINK, MichelArsène Lupin et le mystère d’Arsonval (2004), Paris : Editions de Fallois.

Le Retour du Gentleman Cambrioleur – Première page !

couv lupin 1er

Comme promis sur ma page facebook, Arsène Lupin & Co, voici la première page de mon roman hommage à Maurice Leblanc et à son héros Arsène Lupin… Teaser!

Première partie 

Où le héros arrive et doit prendre la mesure de la tâche à accomplir.

            Il descendit les marches avec légèreté et désinvolture. Sa canne à la main, le monocle à l’œil, un costume de bonne coupe, il se sentait jeune et neuf.

Il considéra les passagers de l’avion qui le précédaient. Que le monde avait changé ! L’élégance et le bon goût semblaient s’être envolés avec l’insouciance des années folles. Mais, la vue d’une jeune femme portant un pantalon serré et un gilet léger de couleur pastel atténua son amertume. Le monde ne changeait pas vraiment. Les femmes étaient toujours aussi belles, toujours aussi peu sages, mais elles ne s’en cachaient plus. Il se prit à siffler l’air de Carmen et suivit l’inconnue jusqu’à la douane.

L’aéroport était bondé et bruyant. Cela lui déplut. Il n’avait pas eu le temps de prendre réellement la mesure de l’évolution des choses en partant de Lhassa. Il avait prit un avion de fret, puis un avion de nuit peu fréquenté, sans avoir conscience du ballet aérien continuel qui semblait maintenant dénaturer le ciel.

Il retint un soupir en voyant la belle inconnue s’éloigner, puis tendit son passeport au douanier. Celui-ci n’y jeta qu’un bref coup d’œil avant de le lui rendre.

– Bienvenue en France, monsieur d’Avenac, dit-il simplement, à la manière d’un automate qui sait que de temps à autre il doit marquer une certaine révérence pour les particuliers qui se présentent devant lui ; notamment si ces particuliers ont, la veille, fait la une des journaux pour la découverte d’un trésor disparu depuis des siècles, le collier d’émeraudes d’Aliénor d’Aquitaine, « la Victoire de la beauté ».

Raoul ramenait ce précieux objet dans ses bagages pour le faire authentifier, avant de le prêter au musée du Louvre pour une exposition événement qui offrirait aux yeux des visiteurs les plus beaux joyaux de France et d’Europe.

Mais Raoul ramenait bien plus que cette précieuse victoire…

Et pour lire la suite : Mon éditeur, votre libraire préféré, Amazon, A la page… Disponible partout ! 😉couv lupin 1er