David Bowie (1947-2016)

Un monument du rock nous a quitté… David Bowie s’en est allé rejoindre Freddie.

J’avais assisté à un concert de sa dernière tournée,  A Reality Tour, il y a de cela plus de 10 ans… Je me souviens d’un musicien parfait, d’un homme charmant et amusant sur scène… David Bowie est parti, mais je suis plus que certaine qu’il nous fera encore danser pendant de très longues années…

Au revoir, Monsieur Bowie, vous allez nous manquer.

 

2014 : 150ème anniversaire de la naissance de maurice Leblanc

PHOTO_1931

Immortalisé par sa propre plume en tant que confident et biographe du célèbre gentleman-cambrioleur, Arsène Lupin, Maurice Leblanc fut bien plus qu’un auteur de romans policiers et d’aventures. Certes, les aventures du bel Arsène sont complexes, poétiques, empreintes de tragédie comme de comédie, mais il ne faut pas oublier que Leblanc n’est devenu le papa de Lupin qu’à l’âge de 41 ans… L’écrivain avait déjà usé de nombreuses plumes, déroulé des kilomètres et des kilomètres de parchemins…

bigSteinlenGiselleDeNuitGOui, il y a une vie avant Lupin, et à l’occasion des 150 ans de la naissance de Leblanc, en ce 11 décembre 2014, j’ai eu envie de vous parler un peu de cette vie d’avant, que je découvre encore avec délectation. Comme aurait dit Leblanc lui-même, j’ai passé des heures charmantes en compagnie de quelques-uns de ses contes, parus dans le Gil Blas dans la dernière décennie du dix-neuvième siècle…

Ces contes a la plume vive, ces contes si déroutants pour celui qui ne voit Lupin que comme Guignol rossant le gendarme (attention, retournez lire Les Dents du tigre, L’Ile aux trente cercueils…), ces contes écrits par Maurice Leblanc sont bien cruels… Histoire de maris trompés, histoires d’assassins, histoires de folie… Leblanc se tourne vers les mauvais instincts de la nature humaine… Ici, un homme devient  fou et assassine un cadavre, là un monstrueux pari entraîne un homme à tuer plus de 20 ans plus tard, l’ennui mène aussi au crime… L’humour est également de la partie ; mais un humour noir, un humour grinçant… Par exemple, quand un prêtre fait l’aumône grâce aux rentes que lui assurent une maison close ! Maurice Leblanc se fait aussi coquin, chantant les louanges de la gil-blas-argent-fpoitrine féminine, et on se rappelera que si Lupin n’est pas un saint, il adore les seins du sexe opposé (Vous ne vous en étiez pas rendu compte ? Vous trouviez le gentleman bien sage…. Mai tout est dans l’ellipse, braves gens!). Et Leblanc nous parle aussi de son autre amour, la bicyclette, il en fait une déesse, il ose invoquer l’individualisme, l’anarchisme…

Oui, avant Lupin, Leblanc était déjà plus un peintre du vice que des vertus, et sa plume incisive me rappelle qu’il a réussit, comme il l’espérait, à être l’égal de ses maîtres (Maupassant, Flaubert…), et qu’il faut maintenant, un siècle et demi après sa naissance, lui offrir les lauriers bien mérités du grand écrivains qu’il fut.

Pour lire quelques-uns de ses contes, c’est ici (ebooks libres et gratuits) :   

bigBequee

Jean Marais : hommage en BD

tragicomix1Je pourrais commencer par : Le saviez-vous ?

Je ne sais pas si cela va être une illumination pour beaucoup, mais je tenais à en parler parce que j’ai beaucoup de tendresse pour le petit gaulois qu’est Astérix… Il est adorable, ce personnage, vous ne trouvez pas ? je me demande ce que donnerai une rencontre avec Hulk ou Iron Man… pas sûre de connaître d’avance le gagnant du match 😉

Les papas d’Astérix, Albert Uderzo et René Goscinny ont su jouer de l’anachronisme dans leurs BD, mais aussi de l’hommage. Parmi tous les acteurs et actrices célèbres dépeints dans les pages des aventures d’Astérix et Obélix, Jean Marais a une place de choix.

Jean Marais est devenu Tragicomix, le fiancé de Falbala…

Le choix du nom n’est pas innocent, on reconnait la poitrine conquérante de l’acteur de cape et d’épée… et oui, le pauvre Obélix n’avait aucune chance.

tragicomix2

Le personnage de Tragicomix est présent dans les albums : Astérix Légionnaire, Astérix et la Traviata et L’anniversaire d’Astérix et Obélix – le livre d’or.

 

 

 

 

Jean Marais aurait eu 100 ans…

Je vous ai parlé de quelques acteurs que j’admire sur ce blog, mais j’ai jusqu’à présent été discrète vis-à-vis de mon grand amour du septième art, monsieur Jean Marais.

le 11 décembre 2013 voyait le centenaire de la naissance de ce monstre sacré du cinéma français, qui fut la bête et Orphée pour Cocteau, le bossu pour André Hunebelle, D’Artagnan pour Henri Decoin et su aussi brûler les planches et se frotter à d’autres arts comme la peinture et la sculpture. Cela me donne envie de consacrer l’année qui vient à ce grand homme du septième art qui préférait qu’on le dise artisan plutôt qu’artiste… un an, douze chroniques chaque 11 du mois à partir de Janvier… jusqu’à son 101ème anniversaire… Mon objectif personnel sera de vous faire découvrir des facettes de son talent que vous ne connaissiez peut-être pas…

Pour conclure, quelques vers de Jean Cocteau…

« Le tour du monde était un bien pauvre voyage

à côté du voyage où je pars avec toi

Chaque jour je t’adore et mieux et davantage

Où tu vis c’est mon toit. »

Jean Marais by Raymond Voinquel