le fantôme de l’opéra – The point of no return

J’adore le fantôme de l’opéra… le roman, la pièce, et le film.

Pourtant, entre le film et moi, cela avait mal commencé ! et oui, vu sur France 3, la version traduite était une catastrophe… Ce n’est pas la première fois que cela me fait cet effet-là : Il a fallu que je tente de voir 3 fois L’Etrange Noël de Monsieur Jack (la dernière en anglais) pour réussir à apprécier cette merveille créée par l’imaginaire délirant de Tim Burton. 

Quant au fantôme, il me faut les chansons d’Andrew Lloyd Webber, et en version originale, s’il vous plait… Je suis pénible (je sais, on me l’a déjà dit), mais on ne traduit pas des chansons… Et soyons honnête, Webber a su resserrer l’intrigue, réduire le nombre des personnages, pour en faire un triangle amoureux et passionnel plus que fascinant. Sixième adaptation cinématographique, réalisé par Joel Schumacher en 2004 avec Gerard Butler dans le rôle du fantôme et Emmy Rossum dans celui de Christine, ce film est fidèle à la pièce à défaut de l’être au roman.

Les puristes grinceront certes des dents face à l’élagage, au tronçonnage qu’a subi l’intrigue de Gaston Leroux, mais il faut reconnaître qu’une adaptation fidèle donnerait un résultat un peu trop lourd pour la scène. En tout cas, je me souviendrais longtemps de la chute du lustre au Her Majesty’s Theatre de Londres…

 

un site dédié au fantôme : ICI