Ma fête préférée… La Saint Roger…

Avant-dernier jour de l’année, c’est l’occasion de souhaiter une bonne fête au plus brillant batteur de rock du monde, Monsieur Roger Taylor.

C’est avec Queen que j’ai découvert que le batteur n’était pas qu’une boîte à rythme (comme le bassiste, d’ailleurs) et que certains avaient du génie…

tumblr_mgxae31Ybg1rm0s9qo1_1280

La chanson symbolique de cette découverte (et je pense que c’est la même pour tous les fans de Queen), c’est I’m in love with my car… L’humour décalé de Mr. Taylor, ajouté à son jeu de batterie dans l’univers hors-normes de Queen…

J’ai eu la chance de le voir en « live », aux côtés de son compère de toujours Brian May, de Spike Edney (que je considère comme le 5ème mousquetaire de Queen), Jaimie Moses, Dany Miranda et bien sûr Paul Rodgers, sans qui rien n’aurait été possible… Un bonheur toujours bien présent quand j’écoute Queen des années après…

Queen + Paul Rodgers 2008

Donc, tous les 30 décembre, j’ai une petite pensée spéciale pour Mr. Taylor, d’autant plus cette année qu’il nous a offert un nouvel album (pas sous mon sapin… mais ça se corrigera!) et que des bruits, je l’espère fondés, annoncerait un retour de Queen (sous quelle forme ?) pour l’année qui vient… Il y a aussi le film sur Freddie (qui me fait un peu trembler, je l’avoue)… Somme toute, le Phénix renaît encore et toujours de ses cendres, et Roger Taylor est l’un des coeurs de ce phénix…

Renegate songs…

J’écoutais Styx il y a quelques jours, et ça m’a brusquement frappé : Renegate raconte une histoire assez similaire à Bohemian Rhapsody… Un jeune homme qui a commis une faute (meurtre! ça ne rigole pas!) et qui est menacé par la potence (gallows… toujours au pluriel, il faudra que je cherche pourquoi !) et en appelle à la figure maternelle.

Il y a aussi Carry on Wayward Son de Kansas qui dit quand même à ce fils prodigue et fautif « tout sera mieux quand tu seras parti »… je comprends « mort ».

Trois chansons que j’adore, trois groupes que j’adore, et brusquement la similitude de sujet me frappe… Il est vrai que le Rock était d’abord le fait des renégats (au premier, comme au second sens du terme), et que l’idée de la faute est donc une évidence. (surtout avec Kansas, dont les textes sont très emprunts de mythologie chrétienne… ne pas écouter Dust in the wind en période de déprime, ça n’aide pas).

Voilà trois morceaux aux mélodies d’exception, aux textes brillants et emplis de sens, aux instruments maîtrisés. J’adore les changements de rythmes dans BoRhap et Renegate, et les envolées vocales… Bien sûr, la Rhapsodie des Bohémiens sera toujours LE morceau le plus exceptionnel du rock britannique (et mondial… et universel…) par son inventivité et son innovation, mais il faut avouer que Renegate est un sacré morceau de bravoure…

Pour le découverte de Styx, il faut que je remercie Mr. Erik Kripke, papa de Supernatural, qui m’a fait découvrir ce groupe et beaucoup d’autres au travers de sa série. Quant à Kansas, c’est Highlander – la série (dans mes jeunes années!), qui m’a amenée à ce groupe avec le déchirant Dust in the Wind.

Et Queen, c’est la tendre enfance… Je le jure, je vous raconterai un jour, peut-être quand un certain manuscrit sera enfin publié… (Spoiler ! comme dirait River Song…)

et pour ceux qui voient en Bohemian Rhapsody un aveu de Freddie quant à son homosexualité, je leur répondrai avec les mots de Freddie : 

I THINK PEOPLE SHOULD JUST LISTEN TO IT, THINK ABOUT IT,

AND THEN MAKE UP THEIR OWN MINDS AS TO WHAT IT SAYS TO THEM.

(je pense que les gens devraient simplement l’écouter, y penser, et décider de ce que ça leur raconte)

BoRhap, me raconte beaucoup de choses ; cette chanson me parle, comme Renegate ou Carry on Wayward Son… et d’autres. La lecture de Freddie & Me m’a vraiment fait réaliser (apprécier!) qu’on se construit par ses passions. C’est grâce à Queen, Arsène Lupin, Dracula (… et combien d’autres !) que mon imaginaire est tel qu’il est. L’expérience, la découverte, l’émotion, voilà ce qui nous crée. Et j’avais vraiment envie de mettre en parallèle ces 3 chansons ; ne vous posez pas trop de question, écoutez-les simplement et, comme aurait dit Monsieur Mercury : « Make your own minds, darlings ». 😉 

STYX

QUEEN

KANSAS

Freddie & Me de Mike Dawson

Freddie & MeJe répète souvent que je ne suis pas très BD… et pourtant, voilà un roman graphique que j’ai dévoré… Et pour cause ! Au coeur de cette bande-dessinée, la passion de l’auteur, Mike Dawson, pour le groupe Queen et Freddie Mercury.

Mike Dawson, écossais de naissance ayant déménagé aux Etats-Unis vers 11 ou 12 ans, a toujours baigné dans la musique de Queen (Tiens, ça me rappelle quelqu’un ?!?), et il retrace donc son enfance à travers cette passion. Il retrace aussi l’histoire du groupe, des sociétés Britannique et Américaines en filigrane… mais surtout en images ! Les dessins sont très sympathiques, et les portraits du groupe qui jalonnent l’histoire – l’autobiographie – sont vraiment saisissants. Deux arts se rencontrent, visuel et audio, et c’est une réussite !

On se retrouve dans cette vie d’un fan de Queen, quand on est passionné soi-même… C’est juste, c’est vrai, c’est drôle et plein d’émotions… C’est la vie, avec la musique de Queen pour l’accompagner…

60-Mike-Dawson-FreddieAndMe

Il est toujours difficile d’écrire de longues chroniques sur des textes (et images, pour le coup), qu’on a adoré; je l’ai déjà dis. Ici, j’ai accompagné Mike Dawson dans un parcours similaire au mien de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte (le début ! non mais, suis pas si vieille que ça). Comme lui, Queen m’a accompagné la plus grande partie de mon existence, comme lui ma passion a démarré très jeune (vers 5 ou 6 ans… je vous raconterai un jour), et comme lui, du fait de mon âge, il y eu des rendez-vous manqués… Quand Freddie nous a quitté, je n’avais que 11 ans (et ça y est, vous savez mon âge!).

Voilà, c’est plein de vie, plein de folie, c’est entre rêve et réalité, mais c’est une vie qui s’est construite grâce à de nombreuses influences, Queen étant l’une d’elles. Mike Dawson ne serait pas le même sans Queen, je ne serais pas la même sans Queen (ou l’ami Arsène 😉 ). 

p2_01_lgFreddie-talent

pour découvrir ce beau livre en Français :

freddie et moi

Pour lire une interview de l’auteur (en français), c’est ICI

Freddie Mercury … No One But You

22 déjà que Freddie n’est plus là… Et pourtant, sa musique et celle de ses compagnons d’armes nous accompagne toujours. Ces 4 mousquetaires du Rock ont marqué Mercury In Shepherds Bushl’histoire de la musique, et les histoires personnelles. C’est étrange d’être triste (ou heureuse) pour quelqu’un qu’on ne connait pas, et pourtant… Freddie, c’est presque un membre de la famille, ou un Dieu familier comme ceux des familles de la Rome antique. Il est toujours là avec moi, même si je n’écoute pas tous les jours du Queen, je pense souvent à lui. Freddie, c’est un de mes héros, comme le sont Brian, Roger et John… Eux, j’ai l’espoir fou de les croiser un jour, de leur dire combien leur musique compte, Freddie, je l’ai remercié autrement, parce que je ne pourrais jamais lui dire…

Cette chanson m’a fait pleurer la première fois que je l’aie entendue… Elle est triste, mais surtout, elle est sincère. 

L’amitié ne meure pas avec les amis, et l’affection, l’estime, la reconnaissance non plus.

Au revoir à nouveau Freddie, personne ne t’a oublié…

5 Septembre 1946 : Freddie Mercury

Parce qu’il était grandiose…

Parce qu’il avait du génie…

Parce que 22 ans après Brian, Roger et John ne l’ont pas oublié… et nous non plus…

Parce que tout simplement, je l’ai découvert quand je n’étais pas plus haute que 3 pommes et que je n’ai jamais cessé d’aimer sa musique et de l’admirer lui…

Mr. Bad Guy, Monsieur Freddie Mercury, aurait eu 67 ans aujourd’hui et aurait fêté cet anniversaire à sa manière, délirante et talentueuse…

Ma chanson préférée de Queen ? « Don’t Stop me Now« … l’hymne de Freddie…

PUBLISHED by catsmob.com