Les nouveaux Mystères D’Udolpho de John Dickson Carr

carr-nouveaux-mysteres-dudolpheQuand on me parle de mystères en chambre close et de situations délirantes, je pense immanquablement à son Altesse Royale Stanislas André Steeman, et à John Dickson Carr… ainsi qu’à quelques autres, dont Leroux… La chambre close est un de mes grands plaisirs littéraires, et croyez-en ces grands messieurs du genre policier, ce n’est pas forcément évident.

Ici, l’exercice est d’autant plus complexe que Carr a choisi d’y ajouter le pastiche du roman gothique de madame Radcliffe et du cher Lewis (qui a vu l’adaptation du Moine avec Vincent Cassel ? Traumatisant !),  tout en le transposant à l’époque victorienne… le tout avec un certaine humour, car je pense que ce roman n’aurait pas été du goût de la pudibonderie victorienne… les ressorts du roman-feuilleton, soit, mais s’ils servent les plaisirs de la chair… Grand dieu ! 😉

présentation éditeur : « Après des années passées en Amérique, le journaliste Christopher  » kit  » Farrell regagne l’Angleterre. Son ami Nigel Seagrave doit l’entretenir d’une affaire qui le préoccupe : il est persuadé que Muriel, la femme qui partage sa vie, n’est pas celle qu’il a épousée. Pour étayer sa thèse, il organise au manoir d’Udolpho un dîner au cours duquel il espère obtenir une preuve de ce qu’il avance. A la fin du repas, le maître de maison invite les convives à le rejoindre dans la splendide serre tropicale qui fait sa fierté. Mais lorsque les hôtes y pénètrent, ils découvrent le corps de Nigel, gisant sur le sol, frappé d’une balle en pleine poitrine. Ce n’est que le début d’une série de faits déroutants et inexplicables, que la police va s’efforcer d’élucider… Avec l’aide d’un personnage réel, l’écrivain Wilkie Collins, célèbre pour ses romans d’épouvante et de mystère. »

J’ai passé un très bon moment avec ce roman, même si je pense qu’il a quelques pages de trop (mon seul reproche, les personnages qui se coupent pour raconter des choses finalement sans importance et perdre l’enquêteur… Un peu trop systématique… je pense qu’à la place de Kit, j’aurais distribué des baffes… mais c’est peut-être simplement mon caractère impatient ?…).

La situation est folle, d’autant plus folle que la victime du meurtre n’est finalement pas morte, mais incapable d’identifier son assassin… et oui, le pauvre Nigel a d’autres problèmes que son propre meurtre, il pense qu’on a échangé sa femme pour un sosie ! Kit a aussi ces problèmes de Coeur, Wilkie Collins lui a ses problèmes de santé, mais l’auteur de la Pierre de Lune est fine mouche malgré sa goutte. Les situations sont folles, mais Carr ne perd jamais pied dans sa folie, et son époque victorienne est superbe de vérité, jusque dans ses hypocrisies !

Donc, un roman que je recommande chaudement, ainsi que toutes les oeuvres du maîtres d’ailleurs !

the Crimson Blind de H.D. Everett

51a05a7Hx1L._SY344_BO1,204,203,200_Après recherche, il semble que Mrs. Henrietta Dorothy Everett (qui usa du nom de plume Theo Douglas pour la majorité de ses oeuvres) n’ait pas une existence très prononcée sur la toile… Pourtant, ce recueil de nouvelles, The Crimson Blind & others Stories est une petite merveille de literature fantastique qui m’a fait frisonner, sourire, voire même regarder derrière mon épaule (un mur, mais on ne sait pas ce qui pourrait en sortir !). J’ai encore succombé à une couverture attirante, et à un prix minimal… Et je ne le regretted pas… Mrs. Everett (1851-1923) a une plume magnifique. La construction de ses nouvelles et simplement parfait, le suspense et l’angoisse parfaitement maîtrisés. Ce ne sont pas que des histoires de fantomes dans ce recueil, mais également des récits étranges comme A Perplexing case (un cas déroutant) où deux soldats blessés par le même obus voient leurs personnalités, ou plutôt leurs esprits, leurs âmes pourrait-on dire, dans le corps de l’autre… de quoi rendre perplexes les médecins !

Dans The Death Mask, un homme qui a promis à sa défunte épouse de ne pas se remarier se voit poursuivi par le masque mortuaire de celle-ci quand il tombe amoureux… Dans Beyong the Pale, pas de fantôme, mais une malédiction lancée par une sorcière dans le lointain Far West…  La nouvelle The crimson Blind (le Rideau Cramoisi) raconte une hantise qui se répète à 20 ans d’intervalles… Un jeune garçon est témoin d’un phénomène paranormal dans le jardin d’une maison inhabitée… mais croit être la victime d’une mystification organisée par ses cousins… Vingt ans plus tard, il est invite chez des amis jeune mariés qui ont acheté cette maison (qu’il avait oublié)… et la chambre hantée va se charger de lui rafraichir la mémoire…  Dans Parson Clench, un malheureux ecclésiastique est chassé de la paroisse qu’on lui offre par le fantôme de son prédécesseur qui n’a pas l’intention de laisser sa place, même mort !

Beaucoup de nouvelles sont reliées à la Première Guerre mondiale, beaucoup de soldats blesses expérimentant une hantise au retour au Pays. Certaines nouvelles sont touchantes, certaines aventures sont tragiques, d’autres se terminent bien… Ces 17 contes offrent  une belle variété.

Pour lire The Death Mask (en Anglais), c’est ici : Mystery and Imagination

Pour en savoir plus sur H.D. Everett (en anglais), visitez The Haunted Library

 

4 octobre 1860 : naissance de Sidney Paget

Sans lui, à quoi ressemblerait Sherlock Holmes ? Le Docteur Watson ? Mycroft ? ou l’infâme professeur Moriarty ?

Sydney Paget est né le 4 octobre 1860 et décédé prématurément le 28 janvier 1908. S’il a illustré de nombreux magazines, c’est bien sûr grâce à Sherlock Holmes qu’on se souvient de lui aujourd’hui. L’anecdote veut que ce soit à son frère Walter qu’on voulait proposer d’illustrer les textes de Doyle, mais qu’une erreur d’envoi lui a offert cette chance.

Pour en savoir plus sur Sidney Paget et ses frères, également illustrateurs, vous pouvez faire un petit tour ICI.

sidney-paget2

Deux portraits de Sydney Paget

les frères paget

Portrait de Walter et Sydney. Sydney s’est inspiré du physique de son frère pour Sherlock Holmes.

Quelques illustrations célèbres de Sidney Paget pour les Aventures de Sherlock Holmes :

B2-Art_Spaget_11A_Scandal_in_Bohemia-04