Le guide du voyageur galactique de Douglas Adams

D’abord… NE PANIQUEZ PAS!…

hitchhicker3

… Comme il est dit sur la couverture  du Guide du voyageur Galactique… J’aime assez cette tagline, ça présage bien du livre…

J’ai découvert que ce roman de Douglas Adams, le premier d’une série importante, est plus que célèbre au Royaume-Uni ! C’est beaucoup moins connu en France ( à l’exception des Happy few, comme Stendhal avait l’habitude de dire). Donc, maintenant, quand j’entends parler d’une montre digitale, je sais que c’est une référence directe au livre d’Adams ; ou encore quand j’entends parler de serviette (Vous avez toujours besoin d’avoir une serviette avec vous. Lisez le livre si vous voulez comprendre!)

guide voygeur gPrésentation éditeur : Comment garder tout son flegme quand on apprend dans la même journée : que sa maison va être abattue dans la minute pour laisser place à une déviation d’autoroute ; que la Terre va être détruite d’ici deux minutes, se trouvant, coïncidence malheureuse, sur le tracé d’une future voie express intergalactique ; que son meilleur ami, certes délicieusement décalé, est en fait un astrostoppeur natif de Bételgeuse, et s’apprête à vous entraîner aux confins de la galaxie ? Pas de panique ! Car Arthur Dent, un Anglais extraordinairement moyen, pourra compter sur le fabuleux Guide du voyageur galactique pour l’accompagner dans ses extraordinaires dérapages spatiaux moyennement contrôlés.(source : Amazon.fr)

Donc, si je devais décrire le « guide du voyageur galactique en un mot… non, disons deux : Folie et humour… C’est vraiment fou, et il faut se rappeler que c’est un livre des années 70, assez en avance sur son temps. Il ne deviendra pas mon livre préféré, mais plutôt un plaisir intellectuel qui m’a permis de comprendre le film (je n’étais pas folle du film, mais étrangement, le revoir après avoir lu le livre m’a permis de l’apprécier : je comprends le pourquoi des bières, des cacahuètes,  des serviettes au début… Je ne comprends toujours pas la poésie des Vogons, mais personne ne la comprend de toute façon… Désolé, blague de voyageur galactique 😉 ).

la parodie du gouvernement, de la politique, des grosses entreprises est toujours très actuelle. Oui, le temps passe et les choses ne changent pas. Manipulations, profits douteux, mensonges, intérêts personnels… Tout est toujours là.

Une chose intéressante est l’introduction de la notion de dépression dans la fiction. Comment la dépression peut-elle être amusante ? Quand c’est un robot qui en souffre. Mais ce problème de santé mental est en même temps dépeint avec fidélité au lecteur. Je ne connais pas grand chose à la dépression (je connais « être déprimée », ce qui n’est pas pareil), mais cela m’a semblé juste et assez original dans un livre des années 70.

Quant à la célébrité du Guide du voyageur galactique dans la culture Britannique… Je n’étais pas au courant… Je suis française et il n’y a pas eu (à ma connaissance) d’impact sur la culture française (pas le seul exemple, malheureusement).

Donc en résumé, ce n’est pas devenu mon livre favori, mais c’est un bon divertissement, un moment de lecture agréable, et j’ajoute que l’adaptation cinématographique, avec dans le premier rôle un certain Martin Freeman, est fidèle.

 

1454

The Hitchhicker’s guide to the Galaxy by Douglas Adams

First… DON’T PANIC!…

hitchhicker3

… as said on the cover of the Hitchhicker guide to the Galaxy… I quite loved this tag line, it occured well for the book…

I discovered this novel by Douglas Adams, the first of a huge series, is an enormous hit in Great Britain ! It’s almost unknow in France (except for the Happy few, as Stendhal used to say). So now, when I will hear about digital watch, I will understand that it’s a direct references of Adams’ book, or about towel (You always need to have a towel with you, read the book if you want to understand!)

plot : Seconds before the Earth is demolished to make way for a galactic freeway, Arthur Dent is plucked off the planet by his friend Ford Prefect, a researcher for the revised hitchhicker2edition of The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy who, for the last fifteen years, has been posing as an out-of-work actor.
Together this dynamic pair begin a journey through space aided by quotes from The Hitchhiker’s Guide (« A towel is about the most massively useful thing an interstellar hitchhiker can have ») and a galaxy-full of fellow travelers: Zaphod Beeblebrox–the two-headed, three-armed ex-hippie and totally out-to-lunch president of the galaxy; Trillian, Zaphod’s girlfriend (formally Tricia McMillan), whom Arthur tried to pick up at a cocktail party once upon a time zone; Marvin, a paranoid, brilliant, and chronically depressed robot; Veet Voojagig, a former graduate student who is obsessed with the disappearance of all the ballpoint pens he bought over the years. (source : Amazon.fr)

So, if I have to describe the Hitchhicker in one… no, let say two words : Madness and humour…

It’s really mad, and remember it’s a 70s book, quite in advance on its time. It’s not my favourite book of all time, more an intellectual pleasure which has permitted me to understand the movie (I wasn’t keen on the movie, but strangely, watching it after having read the book allowed me to enjoy it : I understand the beers, the peanuts, the towels at the beginning… I still don’t understand the Vogon’s poetry, but nobody did, so… Sorry, Hitchhicker joke 😉 ).

The parody of government, politics, big business is still very actual. Yes, times passes but things don’t change. Manipulation, profits, lies, personal interest… everything still there.

An interesting point is the introduction of depression in the fiction. How could depression be fun ? when it’s a robot who suffers from it. But, yet, this mental health problem is depicted very faithfully to the reader. I don’t know a lot about depression (I know about depress, not the same…), but it seems right, and quite original in a 70s book.

As for the famousness of The Hitchhiker in British culture… How could I know ? I’m French, and there is no impact on French culture (sadly, it’s not a unique case). But, it’s a good book, pleasant, with a faithfull adaptation, it’s a good moment of reading.

1454

Don’t Panic ! 😉