Dracula Untold 2014

Nous allons commencer avec un aveu (oui, encore un!), dès que le nom Dracula est prononcé, je me mets à frétiller comme un petit gardon… Ah, le saigneur… euh, pardon, le seigneur des Ténèbres, le premier vampire littéraire (pas la peine de me dire que ce n’est pas vrai  ; il est le premier en matière de gloire, même le Lestat d’Anne Rice doit s’incliner et accepter la deuxième place). Vous pouvez même me proposer de mauvaises adaptations, je suis toujours partante (quoique, Dracula mort et heureux de l’être, une fois, mais pas deux!)

Donc, lorsque j’ai vu les premières images de Dracula Untold je ne me sentais plus de joie (comme le corbeau de la fable), et je n’attendais qu’une chose, l’opportunité d’aller voir le film. En effet, Dracula avant Dracula… L’homme avant le mythe… Ce film avait la jugulaire appétisante !

Dracula-Untold

synopsis : 1462. La Transylvanie vit une période de calme relatif sous le règne du prince Vlad III de Valachie qui a négocié la paix avec le puissant Empire ottoman dont la domination ne cesse de s’étendre en Europe de l’Est. Mais quand le sultan Mehmet II demande comme tribu que 1000 jeunes garçons, dont le propre fils de Vlad, Ingeras, pour venir grossir les rangs de l’armée turque, le prince doit faire un choix : abandonner son fils au sultan, comme son père l’a fait avant lui, ou faire appel à une créature obscure pour combattre les Turcs et par là même assujettir son âme à la servitude éternelle. Vlad se rend au pic de la Dent Brisée où il rencontre un abject démon et conclut un accord faustien avec lui : il acquerra la force de 100 hommes, la rapidité d’une étoile filante et les pouvoirs nécessaires pour anéantir ses ennemis, en l’échange de quoi, il sera accablé d’une insatiable soif de sang humain. S’il parvient à y résister pendant trois jours, Vlad redeviendra lui-même, et sera à même de continuer à protéger et gouverner son peuple, mais s’il cède à la tentation, il entrera le monde des ténèbres pour le restant de ses jours, condamné à se nourrir de sang humain et à perdre et détruire tout ce et ceux qui lui sont chers…

 

Tout un programme, n’est-ce pas ?

Certes, certes, ce film est très américain : Grand spectacle, grands idéaux, et villain Empire Ottoman… Quoique, si on se penche sur l’histoire de Vlad Tepes… et bien on constatera que vampire mis à part, on est dans le ton. Ce film a le mérite de remettre en lumière ce que le roman de Bram Stoker avait fait oublier ; Vlad Tepes était certes surnommé l’empaleur, mais il est un héros dans son pays, il est l’homme qui a lutté contre, et repoussé l’envahisseur.

dracula-untold-luke-evans-art-parkinsonLe Dracula du film (Luke Evans, splendide) est un héros, un homme de guerre façonné par l’empire Ottoman qui ne veut finalement qu’une chose, la paix… Mais pour avoir la paix, comme dit le proverb latin… Ainsi, déchiré entre son devoir et son rôle de père, il suit son coeur, et se trouve ainsi force à pactiser avec le diable pour sauver son royaume…

Ce film est un parfait divertissement pour les amateurs de vampires, mais également ceux qui apprécient la fantasy noire (comme Le Trône de fer, pour ne citer que le succès du moment). Tous les ingredients sont là pour passer un bon moment : Héros grandiose mais torture, situation inextricable, méchant vil à souhait (quoique j’aurais aimé un peu plus de développement du côté des méchant, Mehmet comme ses soldats) combats épiques, paysages grandioses… Tout cela en collant au plus près de l’histoire du fils du Dragon, Vlad Dracul…

film de Gary Shore, avec Luke Evans (Dracula), Dominic Cooper (Mehmet III), Sarah Gadon (Mirena), Charles Dance (le Vampire), Art Parkinson (Ingeras).

Luke-Evans-In-Dracula-Untold-Movie-Wallpaper

 

 

les 3 scènes de comédie qui m’ont fait le plus rire

les Top 5 de Kymysmile m’ont donné envie semble-t-il… Je ne pense pas faire ça sur une base régulière, mais de temps à autres…

Et j’avais envie d’un peu de légèreté aujourd’hui…

1. Starter for Ten

2007, Tom Vaughan

la scène de bagarre entre Benedict Cumberbatch et Dominic Cooper est pour moi anthologique. Je n’ai jamais tant ri face à une scène de bagarre (et pourtant j’ai beaucoup apprécié les efforts de Hugh Grant et Colin Firth dans les 2 opus de Bridget Jones). Honnêtement, ça se passe de mot, allez donc visionner la scène dans son intégralité !

à noter que c’est ce film qui a offert à Benedict Cumberbatch le rôle de Sherlock Holmes, puisque Mark Gatiss (qui joue également dans Starter for 10) a été plus qu’impressionné par son interprétation… pourtant très très éloignée d’un potentiel détective consultant. 😉

lien vers youtube, pour la scène, allez directement à 1.42

lien vers youtube sur cette image ; pour la scène complète, allez directement à 1.42

2. Ten Inch Hero

2007, David MacKay

Reviews : Français English

Priestly, le cuisinier punk d’une sandwicherie au coeur du film, va acheter des tampons en kilt… C’est pour les toilettes des dames, et ce jeune homme se sent assez viril pour assumer l’achat d’article de toilettes féminins… jusqu’à ce qu’il soit face à l’ennemi… La scène est d’abord très drôle, et ensuite très touchante, puisqu’évidemment, il y a un duo d’imbéciles là pour railler ses achats et son apparence, mais Priestly s’en tire avec panache. 

 

3. Love Actually

2003, Richard Curtis

le premier ministre Britannique danse au 10 Downing Street… Il n’y avait que Hugh Grant pour pouvoir jouer une scène pareille !

 

Et vous, quelle est votre scène  de comédie favorite ?