La jeunesse d’Arsène Lupin

Avec la Jeunesse d’Arsène Lupin, Je termine donc, par le début !

Etrange choix ? pas vraiment, puisque j’ai choisi ici des acteurs qui débutent leur carrière,  ou tout au moins qui commencent à se faire un nom, et dont je ne peux pas encore citer moult films et faits d’armes.

je2Il y a quelques mois, devant le film Insaississables (Now you see me – je préfère encore est toujours le titre original !), je me suis dis que Jesse Eisenberg pourrait finalement faire un bon Lupin… pardon Raoul D’Andrésy. Pas un choix évident ? j’en entends certains ricaner… Certes, ce n’est pas à lui qu’on penserait en premier… et je crois qu’il sera toujours pour moi le jeune lycéen empoté face à la malédiction de la Bête dans Cursed (j’adore les films de Loup-garou… et 9 fois sur 10, je suis du côté du loup!), même en déambulateur… Cependant, et bien que sa filmographie soit plus tournée vers la comédie (tiens, ça c’est nouveau ici ?!?), je pense qu’il a un certain potentiel… Quand on a joué un magicien capable de voler une banque qui se trouve à plusieurs milliers de kilomètres de l’endroit où on fait son show, on a certainement l’étoffe d’un Lupin…

Face à lui, un jeune acteur irlandais dont je connais toute la filmographie, extrêmement courte, mais je suis confiante sur le fait qu’il va l’étoffer rapidement dans les années à venir.

Damien Molony a commencé par une carrière théâtrale avant de devenir le vampire damien molony3 attitré des deux dernières saisons de Being Human. Mise à part cette série, il n’a officié que dans deux court-métrages, mais on peut maintenant le voir dans la deuxième saison de Ripper Street (Et il y a d’autres réjouissances sur le feu, si on en croit les commérages internet). C’est peu me direz-vous ? C’est déjà beaucoup à 29 ans, surtout si on y ajoute le théâtre avec des pièces comme Travelling light en 2012 au National Theatre, ou If You Don’t Let Us Dream, We Won’t Let You Sleep au Royal Court Theatre. Pourquoi lui ? parce que j’ai été très impressionnée par Hal le vampire, partagé entre le bien et le mal, possédé par l’un ou l’autre, capable du pire et du meilleur et jouant la comédie à l’intérieur de la série elle-même. Je vois là toutes les déchirures du jeune Lupin qui aime deux femmes, qui se retrouve à haïr l’une d’elle, car c’est un monstre, qui est tenaillé par ses origines et veut tant prouver sa valeur. Cette vidéo, Hal’s Prequel, qui se place en marge de la série a renforcé mon opinion sur la qualité du jeu de Damien Molony…

J’ajoute, que quelque part, j’aimerai un visage vraiment nouveau pour Lupin, pas une « star » (vilain mot qui est tellement galvaudé qu’il ne veut plus rien dire). Quelqu’un qui ferait ses preuves ou qui ferait ses armes dans le rôles, et je crois que c’est pour cela que je vous propose ce jeune homme avec seulement deux séries et deux courts métrage à l’appui.

Quant au résultat du 3ème match… Tom Hiddleston a gagné « haut la main », son charme facétieux à semble-t-il fait la différence (ainsi que ses talents de danseur !).

Il semble que nous avons fait le tour des choses pour le « premier round »… Alors, quel visage pour être le Lupin de La Comtesse de Cagliostro ?

ces messieurs en images

alors, votre choix ? 

Ici 

(ou dans les commentaires !)

arbre 4

Being Human… Clap de fin

BEING HUMAN - Hi Res

pour la bande-annonce de la saison 1, cliquez sur l’image

Ceci ne sera pas une review (il y aurait beaucoup trop à dire en un seul article), mais plutôt un au revoir à une série qui m’a beaucoup intriguée, dont j’aime les points forts et dont je vois bien les points faibles (et oui, ce n’est pas un amour inconditionnel comme pour Dexter ou Supernatural…). Retour en 2008… Ceux qui me connaissent un peu savent qu’annoncer une série où un vampire, un loup-garou et un fantôme cohabitent tout en essayant de se fondre dans la société était un moyen de faire frétiller mon imagination. il suffit de dire « vampire », de toute façon, et vous avez toute mon attention (et comme vous les savez, les mots gentleman et cambrioleur fonctionnent très bien aussi!). 

55082901

Leonora Crichlow (Annie)

J’ai donc attendu la deuxième saison et la troisième… Le choc à la fin de la troisième saison n’en fut que plus rude (et non, pas de spoilers, je dis rien), et celui au début de la quatrième n’a pas été évident non plus… Et oui, finalement, je m’étais attachée! Il faut dire que Russell Tovey, le Alonzo du Docteur, avait tout pour m’accrocher. J’ai toujours eu du mal avec les loup-garou… Michael J. Fox avait l’air d’un singe, et le film auquel je fais référence est tout à fait oubliable (méchante!), Oz dans Buffy… avait l’air d’un singe aussi… (Une épidémie de rage peut-être?) et il n’y a guère que le loup-garou du Campus qui m’ait un peu divertit… Le loup-garou de Londres m’a rendu très triste… (je n’en dis pas plus, spoiler!) et si j’aime beaucoup Le Loup-Garou de Paris, je reconnais son côté comédie parodique… Et là, avec George Sands, on a enfin le loup-garou de l’intérieur, pourrait-on dire… George n’est pas oublieux de sa condition, mais la vie comme un vampire vit sa non-mort, pleinement, et avec toute la souffrance que cause le fait d’être un monstre sanguine une nuit par mois… Voilà bien le problème de George, qui donne son sens au titre de la série ; plus encore qu’Annie ou Mitchell, il est humain presque tout le temps, et cette seule nuit détruit le reste de sa vie…

G&M

George et Mitchell dans leur salon… typiquement masculin! 😉

Fin de l’interlude, et petite précision: je n’ai rien contre les bébés, mais celui-là n’était scénaristiquement pas à mon goût!

Donc, finalement, le final de la saison 4 m’a assez plu… toujours pas de spoiler, mais certains vont me traiter de monstres sans coeur!

J’étais curieuse de la nouvelle trinité de colocataires surnaturels : Alexandra dite Alex, Tom McNair le loup-garou, présent dès la saison 3 et Hal le vampire junkie…

Et j’ai été triste est inquiète d’apprendre que leur première saison ensemble serait la dernière pour la série… Chant du cygne, départ en fanfare ou ratage monumental ?

Being-Human-Season-5-Cast-being-human-33511123-720-960

original

Hal dans la saison 4

Là, je dois vous confier, ayant vu le dernier épisode hier que je regrette vraiment qu’il n’y ait pas de saison 6. La dynamique de ces trois-là, qui n’avaient pas besoin d’être 

installés, présentés (depuis cinq ans, les choses sont claires), a vraiment été différente. Et j’avoue que l’insolente Alex m’a facilement fait oublié la gentille mais pénible Annie (inconséquence du coeur, je sais)… Tom le loup-garou est peut-être le personnage le plus adorable que la télévision ait jamais connu (même si avec un pieu, c’est un ennemi redoutable). Innocent, doux comme un agneau (excepté… voir parenthèse précédente), candide, on se prend à l’adorer sans même s’en rendre compte. Michael Socha et son regard de chien battu y sont pour beaucoup. J’ai hâte de voir ce qu’il va devenir dans la nouvelle adaptation d’Alice au pays des merveilles, Once Upon a time in Wonderland.

Quand je vous dis que leurs loups-garous ressemblent à des loups-garous!

Quand je vous dis que leurs loups-garous ressemblent à des loups-garous!

Quant au vampire… Damien Molony lui-même (Hal) s’inquiétait de jouer un vampire Irlandais remplaçant un autre vampire Irlandais… Je n’étais pas « folle » de Mitchell… Un côté Louis de Pointe du Lac (Entretien avec un vampire, pour ceux qui ne suivent pas) en plus faible. Sympathique, mais sans plus… Hal, d’un autre côté, avec ses TOC d’alcoolique qui essaie de s’en sortir (les dominos, les trombones, la propreté… malheureusement, le psy pour vampire, ça n’a pas encore été inventé… enfin, celui de True Blood a mal fini! spoiler… désolée…). Donc, Hal avec ses Toc, son langage châtié que j’adore (plus personne ne parle comme ça… à part moi peut-être), et sa double personnalité de tueur psychopathe capable de chanter un air de comédie musicale après un petit massacre… (ici, pour voir ou revoir cette scène déjà culte pour moi) Damien Molony m’a vraiment accroché, son vampire est original et je dis bravo pour l’interprétation autant que bravo aux scénaristes pour ce personnage qui sort des sentiers battus (et qui aurait mérité une saison 6…).

20478951.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Sauver le monde, c’est épuisant!

Je me rends compte que j’ai dépassé les 1000 mots (merci compteur!) et qu’il est temps de conclure… Je n’ai pas dit tout ce que j’ai à dire, mais j’en ai dit plus que je ne le soupçonnais. Une bonne série, une série qui doit rester n’est pas forcément parfaite, mais elle vit, avec des personnages qui nous accrochent émotionnellement, des situations probables ou improbables qui nous parlent, des combats symboliques dans lesquels on se reconnait… Car après tout, comme tous ces « monstres » nous cherchons tous notre rôle dans la société, et l’intelligence de Toby Whithouse a été de nous offrir une série improbable où des êtres à part veulent la normalité que nous ne voulons pas (les fans de Twilight se reconnaîtront… Rire démoniaque)… Ils sont bien humains, ils ont leurs forces, leurs faiblesses, leurs défauts, comme la série elle-même…

Being Human series 5

Being Human (2008-2013) créé par Toby Whithouse

Kate Bracken (Alex Millar), Leonora Crichlow (Annie Sawyer), Sinead Keenan (Nina Pickering), Damien Molony (Hal Yorke),  Michael Socha (Thomas McNair),  Russell Tovey (George Sands), Aidan Turner (John Mitchell).

Si vous voulez en savoir plus :

Site officiel de la série 

La page facebook de la série

Quelques photos, égarées sur Arsène Lupin & Co