Renegate songs…

J’écoutais Styx il y a quelques jours, et ça m’a brusquement frappé : Renegate raconte une histoire assez similaire à Bohemian Rhapsody… Un jeune homme qui a commis une faute (meurtre! ça ne rigole pas!) et qui est menacé par la potence (gallows… toujours au pluriel, il faudra que je cherche pourquoi !) et en appelle à la figure maternelle.

Il y a aussi Carry on Wayward Son de Kansas qui dit quand même à ce fils prodigue et fautif « tout sera mieux quand tu seras parti »… je comprends « mort ».

Trois chansons que j’adore, trois groupes que j’adore, et brusquement la similitude de sujet me frappe… Il est vrai que le Rock était d’abord le fait des renégats (au premier, comme au second sens du terme), et que l’idée de la faute est donc une évidence. (surtout avec Kansas, dont les textes sont très emprunts de mythologie chrétienne… ne pas écouter Dust in the wind en période de déprime, ça n’aide pas).

Voilà trois morceaux aux mélodies d’exception, aux textes brillants et emplis de sens, aux instruments maîtrisés. J’adore les changements de rythmes dans BoRhap et Renegate, et les envolées vocales… Bien sûr, la Rhapsodie des Bohémiens sera toujours LE morceau le plus exceptionnel du rock britannique (et mondial… et universel…) par son inventivité et son innovation, mais il faut avouer que Renegate est un sacré morceau de bravoure…

Pour le découverte de Styx, il faut que je remercie Mr. Erik Kripke, papa de Supernatural, qui m’a fait découvrir ce groupe et beaucoup d’autres au travers de sa série. Quant à Kansas, c’est Highlander – la série (dans mes jeunes années!), qui m’a amenée à ce groupe avec le déchirant Dust in the Wind.

Et Queen, c’est la tendre enfance… Je le jure, je vous raconterai un jour, peut-être quand un certain manuscrit sera enfin publié… (Spoiler ! comme dirait River Song…)

et pour ceux qui voient en Bohemian Rhapsody un aveu de Freddie quant à son homosexualité, je leur répondrai avec les mots de Freddie : 

I THINK PEOPLE SHOULD JUST LISTEN TO IT, THINK ABOUT IT,

AND THEN MAKE UP THEIR OWN MINDS AS TO WHAT IT SAYS TO THEM.

(je pense que les gens devraient simplement l’écouter, y penser, et décider de ce que ça leur raconte)

BoRhap, me raconte beaucoup de choses ; cette chanson me parle, comme Renegate ou Carry on Wayward Son… et d’autres. La lecture de Freddie & Me m’a vraiment fait réaliser (apprécier!) qu’on se construit par ses passions. C’est grâce à Queen, Arsène Lupin, Dracula (… et combien d’autres !) que mon imaginaire est tel qu’il est. L’expérience, la découverte, l’émotion, voilà ce qui nous crée. Et j’avais vraiment envie de mettre en parallèle ces 3 chansons ; ne vous posez pas trop de question, écoutez-les simplement et, comme aurait dit Monsieur Mercury : « Make your own minds, darlings ». 😉 

STYX

QUEEN

KANSAS

Une citation sur Maurice Leblanc

15554-maurice-leblanc-1908-arsene-lupin-portrait-hprints-com« Maurice Leblanc ne fut pas seulement Alexandre Dumas ou Conan Doyle, mais aussi Agatha Christie et Van Dine ; en un sens, il les dépassa tous, puisqu’il sut dresser l’efflorescence du mythe sur le soubassement de la structure. »

Paul Gayot

Quand on connait mon parcours, on se doute que je suis tout à fait d’accord avec Monsieur Paul Gayot… Mais vous qu’en pensez-vous ? Aimez-vous Dumas, Doyle, plus que Leblanc ? Ne croyez-vous pas que Dame Agatha a créé un mythe avec Poirot ? (on ne peut rien lui retirer de la structure… Mais je mentionnerai que Le Meurtre de Roger Ackroyd est précédé par « L’arrestation d’Arsène Lupin » de plus de 20 ans, que Les Dix petits nègres est précédé par L’île aux trente cercueils de 20 ans) et quand à Van Dine, qui a beaucoup théorisé sur le roman policier, que reste-t-il vraiment de son oeuvre aujourd’hui ?

Commentaires ? Opinions ? 

Accordez-vous la palme à Maurice Leblanc comme M. Gayot ?

dumaschristiedoylevandine

Alexandre Dumas, Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, S.S. Van Dine