Saint Arsène et autres…

Sympathique journée que le 19 juillet…

Premièrement, il fait beau (cela faisait longtemps, Mr. Blue Sky!)

Ensuite, c’est la Saint Arsène, si l’Eglise Catholique possède pléthore de Saints nommés Arsène, pour moi, il n’y en a qu’un, Arsène Lupin, Saint Patron des voleurs, pas toujours en odeur de Sainteté, il est vrai !

algc

19 juillet, c’est aussi l’anniversaire de Monsieur Brian May, Saint patron des guitaristes de rock, qui rock le Cosmos également (ceux qui sont familiers avec l’autre vie du guitariste de Queen comprendront 😉 )

Queen + Paul Rodgers 2008

et aussi, l’anniversaire de Jared Padalecki (je ne pouvais pas ne pas le citer).

10647052_631565726959970_4874873841532188240_n

 

Bel journée à ces messieurs, et surtout à mon cher Arsène Lupin, quel que soit l’endroit ou il se cache !

Et Bel journée à vous tous !

Publicités

It’s late VS It’s too late

 

It’s late est extrait de News of the World (1977) de Queen, écrite par Brian May, c’est une chanson que j’adore.

Carole King, interprète de It’s too late (Tapestry, 1971) est une chanteuse américaine des années 70s…

Queen VS King, dites-moi ce que vous préfèrez… Personnellement, je ne choisis pas 🙂  

 

 

Queen… une autre découverte

 

Toujours grâce aux réseaux sociaux, j’ai découvert cette chanson de Brian May,  Teasing around, enregistrée je pense pour son dernier album solo (en 1997, si je me souviens bien… ça ne date pas d’hier …), mais laissée de côté. 

Les Queenies en solo… 

Chers fans de la royauté du rock, je vous pose la question, aimez-vous leurs oeuvres, hors Queen ?

Personnellement, les albums de Brian et Roger (review : ICI) sont très chers à mon coeur, et bizarrement, j’aime moins Freddie en solo… Peut-être parce que Brian et Roger se laissaient ainsi aller à être plus personnels, guitare et percussions mises en avant, expérimentation, et que Freddie était toujours pareil à lui-même (oui, sauf l’incursion dans le monde de l’opéra avec l’adorable Monserrat Caballé que je ne connaîtrai certainement pas sans Freddie).

Voguons !

La navigation n’est pas mon sport préféré (soyons honnête, je n’ai pas de sport préféré… mis à part lire… si, si, c’est un sport ! le cerveau est un muscle qu’il faut entretenir…). Naviguer, pour moi, c’est naviguer dans les rêves, dans les futurs potentiels, dans l’imaginaire… et là encore, la musique est nécessaire pour naviguer.

Voici trois chansons qui ont fait naviguer mon imaginaire… 

Tout d’abord, c’est avec Brian May que j’ai voyagé… Rare sont les chansons de Queen où leur adorable guitariste ose le solo. Brian est un homme humble et timide, mais c’est aussi une très belle voix, et Sail Away Sweet Sister Queen, écrit et chanté par le docteur Brian May est une balade merveilleuse, indolente et poétique… 

Chanson extraite de l’album The Game (1980)

 Ensuite, je me tourne vers la comédie musicale avec A New Brain (1998 – William Finn et James Lapine). J’ai découvert cette chanson sur un album de John Barrowman et je ne m’en lasse pas… Non seulement c’est une splendide chanson d’amour, mais une invitation au voyage et au voyage imaginaire. J’espère un jour voir A New Brain sur scène, en attendant je me contente de la voix de Baryton de Mr. Barrowman (à noter que cette chanson est très difficile à interpréter, en témoignent les nombreuses vidéos « amateurs » qui jalonnent YouTube).

et enfin, Come Sail Away des incontournables Styx (avec Queen et 30 Seconds to Mars, je pense que vous avez mes trois groupes préférés)… Et là, l’invitation est claire dès le titre : viens et voguons, éloignons nous des terres connus et partons à l’aventure…

Chanson extraite de l’album The Grand Illusion, écrite et interprétée par Dennis DeYoung (1977)

 

 

 

Le compte à rebours final…

Plutôt que de dire adieu à cette année 2013 avec le sempiternel « ce n’est qu’un au revoir » (totalement faut d’ailleurs, c’est un adieu !), j’ai choisi de rester dans l’esprit rock que j’affectionne temps…

Donc, comptons les minutes qui restent avec énergie, comme le fait si bien le groupe Europe depuis 1986.

Et, pour un peu de douceur, et puisque c’est monsieur Brian May qui le dit, je vous laisse entre les mains des Dieux, In the Laps of the God…

Bon Réveillon ! A l’année prochaine 😉