Arsène Lupin les Origines

 

Tome 2 : Le Dernier des Romains

AL les origines  2Présentation éditeur : Arsène fait son éducation à l’internat de la Croix des Wahls. Il s’y est fait des complices inséparables : Arès del Sarto et Béranger de la Motte. Mais cette belle amitié vole en éclat lorsqu’Arsène et Béranger rencontrent Athéna, la soeur d’Arès : leurs rivalités de jeu deviennent sérieuses, pour conquérir le coeur de la belle. De son côté, le comte de la Marche tombe dans la triste machination des Lombards, qui lui ont envoyé une femme ressemblant comme deux gouttes d’eau à son épouse défunte. Arsène l’ignore encore mais l’indomptable comte semble cette fois vaincu….

J’ai été très contente de ne pas avoir eu à attendre des mois pour lire la suite de Arsène Lupin les origins : Les disparus (chronique  : ICI) que notre chère Consulting Blogger m’avait offert pour Noël. Le premier tome se lit très vite, il en est de même pour le second qui finit sur un climax qui me fait me répèter… je veux la suite ! J’attends donc de pied ferme le troisième et dernier tome de cette relecture de l’enfance et de l’adolescence d’Arsène Lupin.

Dans Le Dernier des Romains, nous retrouvons Arsène à 17 ans, donc trois ans avant sa première aventure chroniquée par Leblanc (si on excepte « Le collier de la Reine », premier vol quasiment perpétré au berceau), La comtesse de Cagliostro. On le retrouve dans le pensionnat d’exception où l’avait envoyé son père adoptif, le comte de la Marche. Arsène découvre l’amour, la trahison, et cultive son esprit de vainqueur. Parrallèlement, on voit que le comte est toujours aux prises avec la société secrète des Lombards, et qu’il pourrait bien succomber, et on retrouve aussi le camarade de bagne d’Arsène, Jacob, dont les aventures se déroulent parrallèlement.

Ce volume est un volume de transition, il me donne le sentiment que quelque chose (un grand final ?) se met en place… Je suis bien certaine qu’Arsène et Jacob vont se retrouver, mais seront-ils amis ou ennemis ? qu’elle sera la leçon finale pour le jeune Arsène pas encore Lupin, mais en « marche » vers son destin ?… Je crois qu’il me faut attendre le troisième tome de cette trilogie du neuvième art, avec toute l’impatience la patience dont je suis capable…

Arsène Lupin les Origines : Scénario de Benoît Abtey et Pierre Deschotf, dessin de Christophe Gaultier et couleurs de Marie Galopin aux Editions Rue de Sèvres.

Arsène Lupin. Les Origines

Tome 1. Les Disparus

arsene-lupin-les-origines-tome-1-9782369810483_0Présentation éditeur : Le jeune Arsène est un enfant de la rue a 12 ans quand il est envoyé à la Haute Boulogne, sinistre maison de redressement sur Belle Ile en mer. Son crime ? avoir été témoin du meurtre d’un maître de savate, Théophraste. C est dans ce bagne pour jeunes garçons que débutent les aventures du jeune Arsène, qui sera adopté dans ce tome 1 par le comte De la Marche. Celui-ci lui assurera la formation d un gentleman, et lui transmettra son combat personnel, la lutte contre la Confrérie des Lombards, qui gouvernent le monde en coulisses par le crime et l’argent.

Scénario : Benoît Abtey et Pierre Deschodt ; Dessin : Christophe Gaultier ; Couleurs : Marie Galopin. Editions Rue de Sèvres.

Merci au Consulting Bloggeur pour ce cadeau de Noël magnifique que j’ai trouvé au pied du sapin en arrivant en France le 26 décembre dernier. Cela m’a fait énormément plaisir… J’avoue, je savais ce que c’était avant de l’ouvrir, j’avais deviné (pas besoin d’être Sherlock 😉 ), mais cela n’a pas gâché mon plaisir, loin de là.

Mon avis sur cette aventure d’Arsène Lupin enfant ? … Et bien, je veux lire la suite !

Certes, je ne suis pas très « sociétés secrètes » (ce genre d’intrigue peut être difficile à gérer), mais j’avoue que j’ai été happée par l’intrigue… Ajoutons à cela la réalité historique du bagne pour enfant de Belle-Ile (oui, cela a existé) et l’idée d’Arsène livré à lui-même après la mort de sa mère… Arsène qui a commis à l’âge le plus tendre son premier vol… Il serait logique qu’il atterrisse dans ce genre d’endroit… Ensuite, que sait-on d’Arsène ?… Il réapparait sous la plume de Leblanc à l’âge de 20 ans, et c’est un parfait gentleman… même si cambrioleur. Il semble que Benoît Abtey et Pierre Deschodt aient envie de remplir ce blanc…

Dans ce volume, les deux auteurs posent des bases qui semblent solides et paraissent offrir de belles promesses quant à la suite… Je n’ai qu’une seule question :

Chères Editions Rue de Sèvres, à quand le volume 2 ?

10917121_770298809728480_376574540657426745_n

Sherlock Holmes dans la Bande Dessinée de Philippe Tomblaine

shbd

Edité chez L’àpart (oui, mon éditeur, mais je serais neutre comme la Suisse, promis).

Sherlock Holmes dans la Bande Dessinée, sous-titré « Enquête dans le 9ème art » (pas bête, tout le monde a vu le jeu de mot ?… donc je n’en rajoute pas!), nous emmène sur les traces d’un Sherlock Holmes qui ne se trouve plus sous la plume de Conan Doyle mais dans les pages de dizaines d’albums de BD.

shbd2Que dire ? je ne suis pas une grande fan de BD (2 niveaux d’étagères contre des dizaines pour les romans… et je n’ai pas besoin de serre-livres… vous me croyez sur parole, n’est-ce pas ?), mais je suis intéressée par l’adaptation. Quand on voit le classicisme de la version télévisée Granada face au modernisme de BBC Sherlock, on découvre que l’adaptation, toute traîtresse qu’elle soit, peut donner des résultats étonnants.

Le livre de Philippe Tomblaine est sur ce point très exhaustif, jusqu’en 2011 (depuis, comme le faisait remarquer notre Consulting Blogger, il y shbd3a eu de nombreuses nouvelles adaptations, surtout à cause – encore et toujours – de la BBC – pour la chronique de Mademoiselle Méloë, c’est ICI). En un peu plus d’un siècle, il y en a eu de l’encre qui a coulé : suites, apocryphes, pastiches, parodies, hommages…

Le livre me semble très complet, très documenté, et les interviews d’auteurs de BD (scénaristes et dessinateurs) ne gâchent rien, bien au contraire ! Grâce à ces interviews, on découvre le travail de création, les inspirations, les parcours, et on comprend mieux leur fonctionnement. Un film revient souvent, étonnement (ou pas, après tout, Mark Gatiss et Steven Moffat s’en sont servis également … ) : La Vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder (que je recommande), mais il y a aussi bon nombre d’aventures du canon, et de textes autours de Sherlock Holmes.

Un livre vraiment intéressant pour les passionnés de Holmes et/ou (mais pourquoi choisir !) les passionnés de BD.

chatUn seul point négatif pour moi, mais au final, je me demande si ce ne sont pas des fautes de frappes… Des erreurs de dates concernant Arsène Lupin. Et ça, je ne peux pas le laisser passer en silence (même si je le voulais, je ne pourrais pas ! imaginez le cri que j’ai dû étouffer à Minuit quand j’ai  lu « Arsène Lupin créé en 1908″… J’ai réussi à ne réveiller personne, mais j’ai fait peur au chat qui dormait paisiblement à côté de moi… C’est dire). En dehors de ce petit problème qui me touche aux tréfonds de l’âme (mais le 5 et le 8 sont si proches sur un clavier…), je recommande ce livre qui m’a fait découvrir les BD autour de Holmes, et m’a donné envie d’aller me plonger dans certaines, histoire de découvrir Holmes en images dans d’autres aventures.

quatrième de couverture : Est-il possible d’adapter Sherlock Holmes en Bande Dessinée ? Réponse à travers un panorama des BD mettant en scène le héros de Conan Doyle. L’enquête sur les traces du détective le plus célèbre du monde dans le 9e art, s’avère passionnante, digne de son sujet central. Elle montre comment les auteurs actuels ont su se glisser dans les différentes pistes du renouveau holmésien, comme en témoignera un large dossier d’entretiens inédits. Suivre le détective au fil des cases, dans les ruelles brumeuses de Londres, c’est aussi en retracer la silhouette, à la fois célèbre, populaire et inconnue : le plus grand mystère de Holmes demeure à l’évidence lui-même. C’est élémentaire…

Pour le commander chez l’éditeur, c’est par ici  :  shbd