Lectures de Septembre – 2ème partie !

En passe de dépasser les 1000 mots, et de rendre l’article sur mes lectures de septembre un peu long, je me suis dis que j’allais le couper  en deux… Car il y avait trois autres livres à chroniques (on aurait approché des 2000 mots… et du roman fleuve !)

Donc, je reprends le moi de septembre avec une bande dessinée :

dick herissonL’ombre du Torero – une aventure de Dick Hérisson (BD) de Savard (éditions Dargaud)

une Bande Dessinée bien sympathique ! Je remercie le Chevalier Altamont Dupin pour cette découverte !

Dick Hérisson, certainement Hommage à Harry Dickson lui-même hommage (ou pastiche… mais c’est la même chose !) à Sherlock Holmes et un détective qui a heureusement un ami journaliste loin d’être bête !

Il se trouve ici face à une bête qui hante les marées salants de Camargue à la recherche de sa prochaine victime ! Réécriture très claire du Chien des Baskerville de Conan Doyle, ce fut une lecture très amusante, à laquelle s’ajoute de très belles images ! on voit que l’artiste connait son sujet (la Camargue, Arles, les Baux de Provence…)  Je conseille vraiment Dick Hérisson, dont j’ai une autre aventure, Le Vampire de la Coste, sur mes étagères… et oui, le mot « vampire » avait accroché mon regard !

La Ténébreuse Affaire de Green-Park d’Arnould Galopin ténèbreuse

résumé : Dans la banlieue de Melbourne, à Green-Park, un vieil homme est retrouvé mort chez lui. La police n’a pu que constater le décès de M. Ugo Chancer et conclure que celui-ci était mort d’une congestion. L’affaire aurait été classée si le témoignage d’une femme de chambre n’était venu bouleverser les événements. Des cris d’appel auraient été entendus venant de la chambre de Chancer, ce témoin prétend même avoir vu un homme escalader le mur du parc. La police officielle qui ne sait par quel bout prendre l’affaire, va faire appel au célèbre détective Allan Dickson.

J’avoue avoir été un peu déçue… parce que j’ai compris qui était l’assassin dès les premières pages… Deux hypothèses… Soit j’ai été touché par l’esprit de Sherlock Holmes, soit l’intrigue est un peu simple. 

Au demeurant, cela se parcoure très bien, ce n’est pas si bête que ça, loin de là, la construction du roman est irréprochable. J’ai un peu de mal avec les mots anglais qui se baladent par-ci par-là histoire de faire couleur locale. J’avoue que j’ai toujours trouvé ça un peu énervant, mis à part dans L’Infaillible Silas Lord de Stanislas André Steeman, où ce procédé à un but comique.

Allan Dickson est un peu imbu de lui-même, ce qui est dommage (vu qu’il a mis 250 pages de plus que moi pour trouver son coupable !), mais les références Holmésiennes sont très divertissantes… Y compris un certain buste en cire…

une lecture agréable, bien construit et pas déplaisant, mais qui ne vaut pas Un Cambrioleur retiré des Affaires, du même Arnould Galopin. Je pense donc que je vais maintenant explorer ses textes de Science-fiction, pour me faire une idée

vous pouvez trouver ce texte (et bien d’autres!) en téléchargement gratuit ici : ebookslibresetgratuits

brialyLe Ruisseau des Singes de Jean-Claude Brialy

Cela fait des années que ce livre (en format poche), se trouve dans ma pal. Et quand je dis des années, une bonne dizaine. Etonnant, puisque j’adore le charme bon enfant de Jean-Claude Brialy. Peut-être que le lire, c’était lui dire au revoir une seconde fois (j’ai acheté ses mémoires avant qu’il nous quitte, en 2007). 

Et brusquement, j’ai eu envie de découvrir ses souvenirs, lui qui avait été l’ami de mon cher Jean Marais, et de tant d’autres… 

C’est un vrai plaisir de lire ses souvenirs, qui ne sont pas classés (à part pour son enfance), qui vont au fil de la plume, qui ressuscite des gloires du théâtre, du cinéma, de l’art… Certains que nous connaissons bien comme Chabrol, Truffaut, Godard, et d’autres que nous avons oublié (j’ai découvert la tragédienne Marie Bell avec lui). Mais qu’on connaisse ou pas les artistes qu’il mentionne, on revit avec lui les grands et les petits moments de son existence : ses amis, ses gloires et ses emmerdes 😉

J’aime encore plus Monsieur Brialy à la sortie de cette lecture, puisque j’ai découvert un homme adorable, toujours prêt à aider les uns et les autres, trop gentil même, un vrai Saint-Bernard ! mais il fut aussi un caractère, avec un amour de la vie, une volonté et une culture magnifique. 

« Je n’étais pas doué pour le malheur », dit-il au détour d’une page, évoquant une (rare) période de dépression, et l’accompagner dans ses bonheurs me donne envie de découvrir les pièces, les films qu’il a joués ou réalisés, et je pense que je ne mettrais pas dix ans à lire sa seconde autobiographie, J’ai oublié de vous dire.

j'ai oublié de vous dire

 

littérature & écrivains populaires…

Tout le monde connait Agatha Christie, Poirot et Marple… Dame Agatha a même eu les honneurs d’un épisode de Doctor Who, ses romans sont traduits dans des dizaines (centaines ?) de langues et sa domination sur l’univers du roman policier n’est plus à prouver.

Charles Exbrayat

Charles Exbrayat

Mais qu’en est-il de Charles Exbrayat et de son Imogène ? de son commissaire Tarchinini ? Encore plus compliqué, qui peut citer un roman d’Arnould Galopin ? qui peut citer, mis à part « les disparus de Saint-Agil », une oeuvre de Pierre Very ?…

et oui !

Même  mon très cher Maurice Leblanc connait les affres de l’oubli. Pour preuve, j’ai de mes yeux vus un candidat à un jeu télévisé sécher face à la question « Qui est l’auteur des aventures d’Arsène Lupin? » Imaginez mes cris de rages devant mon poste… Je ne suis pas fière… Enfin, je suis toujours très fâchée après ledit candidat (et cela fait des années…).

Je connais également quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de Conan Doyle… mais là c’est incurable, donc passons!

Certes, certes, la littérature moderne foisonne, j’essaie même de m’y faufiler en rêvant de best-sellers et autre succès de librairie… Mais ne devons nous pas respecter nos grands anciens ?

oui, Maupassant, Saint-Simon, Homère sont de grands auteurs à qui personne n’oserait discuter le statut alors pourquoi, dans l’humble monde du roman populaire, policier, d’aventure et de science-fiction, il y a de grands anciens, des monstres sacrés qui ont marqué leur époques mais qui pour des raisons plus ou moins obscures ont été totalement oubliés.

Alexis de Ponson du Terrail

Alexis de Ponson du Terrail

Si on commence à rendre à César… pardon, à Leblanc, le mérite de ses textes non-lupinien. Si on reconnait enfin son talent, il en est d’autres qu’il faudrait redécouvrir. Ainsi, mon cher Vicomte Alexis de Ponson du Terrail a longtemps était méprisé par la critique alors qu’en quarante ans d’existence il avait écrit des dizaines de feuilletons que les lecteurs des journaux attendaient fébrilement. De son vivant, il était un stakhanoviste heureux de la littérature… Son seul tort ? être mort trop tôt (en tentant de protéger son pays, pendant la guerre de 70), ce qui fait que les jaloux s’en sont donnés à coeur joie et l’ont poussé dans l’oublie cruellement et injustement!

Prenons un autre exemple, Pierre Véry… Pierre Thiry, auteur du Mystère du Pont Gustave Flaubert, me disait justement que l’étoile de Véry avait pâli du fait d’une classification

Pierre Véry

Pierre Véry

étrange… auteur pour enfant… certes, il a écrit Les disparus de Saint-Agil… mais c’est un roman parmi d’autres! il ne viendrait à l’idée de personne de qualifier Stephen King d’auteur pour enfant parce que, au milieu de sa production pléthorique, il a commis un ou deux volumes pour la jeunesse…

voilà donc quelques raisons qui ont poussés des plumes talentueuses vers l’oubli ou le placard. Certaines reviennent, grâce à des passionnés, d’autres auraient besoin d’un coup de pouce. Pourquoi en parler ici ? parce que tous ces auteurs – enfin certains, pas tous ; beaucoup – ont nourri ma plume… et bien d’autres plumes anonymes ou célèbres aujourd’hui, et qu’il faut leur rendre juste et se laisser tenter par eux. Au milieu de vos lectures de jeunes auteurs ou de vieux briscards de la littérature contemporaines, donnez une chance à ces oubliés, à ces déconsidérés, à ces mal-aimés…

Si vous voulez en savoir plus, ou parler des auteurs qui vous ont marqués, inspirés… Venez nous rejoindre dans le groupe Facebook :

Arsenic et Boutons de manchette

(pour amoureux de la littérature populaire)

et les curieux qui voudraient la découvrir !