Au Revoir 2013… Bonjour 2014 !

Voilà, on a dit au revoir à 2013, et mon blog fête peu ou proue ses 10 mois et demi d’existence ! Il est donc encore très jeune, mais je peux d’ores et déjà vous dresser un petit bilan de cette première année dans la blogosphère. J’ai été assez timide, et je ne me suis pas éparpillée partout… donc, la bloggo ne me connait pas encore vraiment (ça viendra, je fais dans la fourmi, pas dans la cigale!) Mais cependant, je suis satisfaite de mon entrée dans l’univers impitoyable d’internet 😉

En chiffre, j’ai publié 176 articles, qui ont été consulté 7677 fois par 3311 visiteurs… Je me fixe un objectif de 200 articles pour l’année qui débute ; je souhaite toujours partager avec vous concernant ma passion pour l’écriture et mes publications… qui je pense vont se poursuivre en 2014 (voir plus bas!) mais aussi vous parler de ce que j’aime, les livres, les films, l’art, et que sais-je encore ?…  Commençons par les Livres que j’ai préférés cette année… Je ne peux pas vous parler à nouveau de tous ceux que j’ai chroniqué (ou pas), donc je vais en choisir 5… dont 3 font partie d’une trilogie !

Les excentriques aventures de Lucifer Box, fils prodigue et prodige de Mark Gatiss (co-papa de BBC Sherlock pour ceux qui ne suivraient vraiment pas), ont été un délice que je relirais certainement en 2014 (histoire de comprendre les jeux de mots qui m’ont certainement échappé !… Sacré plume, Mr. Gatiss).

trilogie

Ensuite, il y a Danse Noire de Nancy Huston, qui est un roman magnifique que je recommande chaudement. J’ai été vraiment émue par les personnages, l’écriture et brillante et la forme du récit originale.

danse noire

Enfin, dans mon petit univers de rat d’hôtel de bibliothèque, j’ai pu découvrir un pastiche d’Arsène Lupin par Louis Gendebien, Arsène Lupin et le secret des Lys qui m’a rendu heureuse, parce qu’il faut le dire, c’est un sentiment toujours intense de rencontrer d’autres passionnés de la littérature populaire en général et d’Arsène Lupin en particulier (que ce soit au détour d’un salon ou entre les pages de leur livre…) La passion, ça se ressent toujours.

le secret du lys

Côté cinéma, j’ai vu des films que j’ai adorés (pas forcément tous des chefs d’oeuvre, mais j’aime aussi les B movies!). Je retiendrai donc pour 2013, que ce soit au cinéma ou en DVD (rattrapage, pas un vain mot!)

Affiche française, qui comme le titre français, ne me convainc pas.

Affiche française, qui comme le titre français, ne me convainc pas.

Now you see me (Insaisissable) ou Quand des magiciens se transforment en Robin des bois

how I leave now posterHow I live Now ou les amours adolescentes et la survie pendant la troisième guerre mondiale (c’est beaucoup mieux que cette phrase ne le laisse supposer)

Sunshine on Leith ou la vie, la mort, l’amour en compagnie de le musique des Proclaimers (j’aime les comédies musicales, mais vous l’aviez déjà deviné, n’est-ce pas?)

sunshine on leith

comme les autres 1Comme les autres ou Lambert Wilson émouvant en homosexuel qui veut être père à tout prix.

thor1Thor, le monde des Ténèbres ou comment réaliser un bon film de super-héros qui allie spectacle et scénario.

Enfin, parlons de vos visites sur le blog. Je suis très heureuse que ce soit la page Mes ouvrages qui ait été la plus visitée. J’espère qu’en 2014 nombre d’entre vous se laisseront tenter par la découverte (ou redécouverte) des gentlemen-cambrioleurs, mais aussi par mon pastiche, mon hommage à Maurice Leblanc, magnifique écrivain et père d’Arsène Lupin (mais pas que!).

couv lupin 1er

J’en profite pour vous annoncer que l’Agenda des détectives est toujours sur les rails, et en préparation pour cette nouvelle année et j’espère vous parler souvent de sa progression dans les mois à venir… et peut-être d’autres choses…

Le grand moment de cette année 2013, c’est bien sûr ma dédicace parisienne qui m’a permis de rencontrer quelques-uns d’entre vous, dont une délégation du Cercle Holmésien de Paris (et oui, Arsène et Sherlock ont fait la paix), Pierre Chevallier (auteur d’un livre sur Arnould Galopin dont je reparlerai),  des visiteurs de ce blog ou de la page Facebook présentd depuis la première heure, et des nouveaux venus à qui je dis bienvenue ! 

Bien sûr, il y eu d’autres dédicaces, et j’espère que 2014 me permettra de rencontrer d’autres personnes passionnées et enthousiastes et de revoir les autres…

CouvLupin9

Enfin, petite annonce… Dans un mois et demi, mon blog fêtera son premier anniversaire… L’occasion d’un petit concours… Je ne vous en dis pas plus, mais comme février est également le mois de mon propre anniversaire, je me sens d’humeur généreuse… On a pas tous les jours un an !

Une dernière chose :

bonne année

Le chat qui… rendit célèbre Lilian Jackson Braun

20 juin 1913, naissance de Lilian Jackson Braun (décédée le 4 juin 2011)

Voilà encore un enquêteur atypique, James Qwilleran, héros d’une trentaine de roman de Lilian Jackson Braun dont tous les titres commencent par « Le Chat qui… ». Le chat, oui, parce que soyons honnête, sans les siamois qui partagent sa vie, et surtout Kao-K’o-Kung dit Koko, Qwill, journaliste devenu millionnaire ne trouverait pas souvent la solution de l’énigme. Il en est conscient est n’oublie pas de récompenser ses enquêteurs félins à grand renfort de boites de saumon, crevettes et petits plats mitonnés dignes des plus grands restaurants. Les enquêtes de ce duo pas comme les autres, se déroulent majoritairement dans « le pays d’en haut », pays imaginaire situé au Nord du Canada dont la ville la plus froide est Brrr… et dans ce microcosme, on trouve tout ce qui fait le récit policier, adultère, magouille politique, vol, chantage et bien sûr meurtre, mais le charme du sémillant Qwill et de sa moustache ainsi que les personnages haut-en-couleur qui habitent cette froide contrée et la bonne dose d’humour qu’a su y distiller Lilian Jackson Braun font de ces récits des petites pépites, si originales et inimitables.

Une de mes lectures préférées! Je vous recommande chaudement les aventures de Qwill et des ses compagnons félins!

le premier que j’ai lu, bien évidemment, le mot « fantômes » y a été pour quelque chose!

fantômes

et deux autres titres, au hasard :

shakespeare colle

Craig Rice : une pincée d’autobiographie dans le roman policier

rice1le 5 juin 1908, naissait Georgiana Ann Randolph Craig alias Craig Rice. C’est l’occasion de vous parler d’un roman que j’adore :

Maman déteste la police (Home Sweet Homicide, 1944)

Maman déteste la police, oui. Mais elle a une bonne raison ! Pour vivre  et faire vivre sa petite tribu, Marian Carstairs écrit des romans policiers à la chaîne, et pas question de l’interrompre quand elle travaille, surtout à cause d’un meurtre bien réel, ceux que produisent ses différents alias lui suffisent, merci. Donc, ce sont ses chères têtes blondes, Archie, Avril et Dinah qui vont mener l’enquête sur l’assassinat de la voisine, secondant bien malgré lui l’inspecteur Bill Smith dans son travail…

rice2

Remarquez la ressemblance entre le portrait de Craig Rice et la jeune femme du dessin! Cela vient de me sauter aux yeux.

J’ai beaucoup aimé ce roman, comme tous ceux de Craig Rice sur lesquels j’ai pu mettre la main. A une époque où le roman policier est noir, Mrs. Rice lui ajoute un grand éclat de rire, en n’oubliant pas des intrigues solides et judicieuses (judiciaires aussi! 😉 ). La série des Malone, avocat enquêteur, est tout bonnement génial mais Maman déteste la police a une place spéciale puisque le personnage principale, c’est un peu Rice elle-même qui écrivait sans discontinuer pour faire vivre sa petite famille. Le roman est drôle, malicieux, et réaliste à la fois. Une perle !rice3

Le Retour du gentleman-cambrioleur… c’est pour bientôt

Juin 2013, le gentleman-cambrioleur est de retour…

Il arrive, ce n’est plus qu’une question de jours maintenant…

J’espère que vous l’attendez, car moi, je l’espère avec impatience.

C’est tellement étrange de voir ce texte publié alors que je l’ai écrit il y a près de dix ans mais que, droit oblige, je ne pouvais pas le laisser filer et faire sa vie dans les rayonnages des librairies.

C’est une excitation un peu bizarre. En vérifiant la maquette, j’étais très détachée du texte (10 ans !), ce qui m’a permis de le relire de manière détachée, de l’apprécier en lectrice… Je laisse souvent passer des semaines, des mois avant de relire mes premiers jets, parce que je ne peux pas les reprendre directement, c’est encore trop « frais »… Difficile à expliquer, mais il faut du temps, il faut que le texte me devienne extérieur pour mieux me le réapproprier…

Depuis Le Retour du gentleman cambrioleur, j’ai écrit cinq autres romans et recueils de nouvelles (en attente d’éditeurs, à bons entendeurs 😉 ), j’ai d’autres projets tel que l’agenda du Détective ou un certain brouillon dont je ne peux encore rien dire (superstition oblige !), je fourmille d’idées depuis des années – depuis que je sais écrire, en fait – j’en ai parfois trop ! Ainsi, pour ces projets terminés, qui n’attendent que l’aval d’un éditeur éclairé, il y en a dix, cent autres qui sont encore en progression, et que j’espère mener à bien…

Mais, d’ici quelques jours, « Le Retour du gentleman-cambrioleur » va voler de ses propres ailes, et m’échapper un peu. Ce fut le premier roman mature que j’ai écrit, même si j’avais déjà terminé des textes auparavant, c’est un peu le début de ma vie d’adulte, le début d’une écriture différente, comme s’il avait fallu passer d’abord par l’hommage aux maîtres (Maurice Leblanc, mais pas seulement) pour avancer. 

Et voilà, chers amis lecteurs, en exclusivité, la couverture de mon premier roman, Le retour du gentleman cambrioleur :

couv lupin 1er