Wolf (1994)

imagePeut-être mon film préféré avec James Spader… Et pour cause, c’est le premier que j’ai vu… Et quel rôle ! face à un monstre d’Hollywood de surcroît (j’emploi le mot dans tous les sens du terme, devant avouer que c’est le seul film oùJack Nicholson ne me traumatise pas ! … Avouez qu’il fait peur d’ordinaire… même en interview… bbbbrrrr… Si vous osez lancer un « here, Johnny! », je vous préviens, je ne suis plus là… mais revenons à nos moutons, ou plutôt, à nos loups… Jeune ou Garou!).

Wolf (de Mike Nichols) est certainement mon film de loup-garou préféré. Ce film réussit à renouveler le mythe en l’épousant, en le modernisant, en le rendant romantique. Tout cela sous la forme d’un thriller, du drame d’un homme vieillissant qui voit sa vie tomber en mille morceaux… à cause d’une mauvaise rencontre une nuit de pleine lune, mais pas que…

En effet, (Nicholson) ne voit pas seulement sa vie changer parce qu’il s’est fait mordre, mais également parce que le patron de la maison d’édition dans laquelle il travaille depuis des lustres a décidé de le virer comme un malpropre pour le remplacer par un jeune loup aux dents longues, jeune loup ont il a été le mentor ! un comble.

Nicholson réussit à rendre son personnage touchant, fragile, attachant, dans sa lutte pour reprendre sa place ; une place légitime. Face à lui Michelle Pfeiffer, charmante et mystérieuse en ancienne ado rebelle qui tombe amoureuse de cet homme qui a l’âge d’être son père, mais bien plus de qualités que celui-ci (elle joue la fille du grand patron), et James Spader, en jeune loup aux crocs qui raclent tellement le plancher qu’il s’apparente plus à un tigre dent de sabre. Spader a dans ce film un rôle de salaud magnifique comme il semble les aimer (si on en croit ses interviews). Stewart est un petit salaud arriviste de première (si vous me passez l’expression), qui veut tout prendre à son mentor : son travail, sa femme et même sa liberté.

wolf-movie-1994-jack-nicholson-7

Le loup-garou n’est finalement qu’une métaphore transparente qui nous dit que l’homme est un loup pour l’homme et que contrairement à l’adage, les loups se dévorent entre eux…

J’ai aussi mentionné la poésie ? et oui, dans l’histoire d’amour qui lit la belle et la bête, il y a une beauté mélancolique et éternelle, car derrière la sauvagerie se cache l’amour, et certaines vieilles légendes liées aux métamorphoses sont convoquées ici… mais, chut, spoiliers, sweeties😉

 

 

Une réflexion sur “Wolf (1994)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s