The Descendants (2011)

The-Descendants-Wallpaper-01George… l’homme du café !… Cela fait bien des années que j’essaie de ne pas louper ses sorties cinéma… et cependant, The Descendants d’Alexander Payne m’avait fait tourner les talons… L’histoire de cet homme dont la femme est dans le coma après un accident de ski-nautique, et qui apprend le même jour qu’il n’y a plus d’espoir pour elle, qu’il va falloir la débrancher, mais surtout qu’elle l’a trompé pendant des mois (et ce de la bouche de leur fille ainée), cela me semblait être du mélo à haute tendance lacrimal…

Et puis, j’ai vu un extrait de l’Actors Studio, et James Lipton chantait les louanges de Mr. Clooney à propos de ce film… Je me suis dit qu’il fallait écouter James Lipton, et tenter l’aventure…

Synopsis : A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille… (source : Allociné.fr)

The Descendants n’est pas le film auquel on pourrait s’attendre (affreux drame lacrimal, je répète), mais une histoire « ordinaire » d’un home qui vit des heures extraordinaires pour lui, mais seulement pour lui… La vie, la mort… Continuer… souffrir et reprendre le dessus. The descendants mêle également un peu d’écologie à l’intrigue, puisque le pauvre Matt (Clooney) doit décider destin d’une propriété familiale, une plage et une forêt splendide, qui pourrait bien devenir un autre nid de touristes sur la belle Ile d’Hawaii qui en compte déjà bien assez…

Clooney, soutenu par un très bon casting (Shailene Woodley et Amara Miller, qui jouent ses filles sont simplement parfaites), nous montre un type ordinaire (je sais, le mot revient souvent) qui doit reprendre sa vie en main, se rapprocher de ses filles, apprendre à être un père, le tout sans poncif (j’ai été étonné de l’intelligence du scénario qui évite les chutes du Niagara émotives pour vous proposer plutôt de l’intensité) ; un film qui sait faire la part belle à l’humour, malgré la situation.

Un très bon film qui me fait dire qu’il faut toujours écouter Monsieur James Lipton.

3 réflexions sur “The Descendants (2011)

  1. Très drôle, touchant… et cette musique ! J’ai adoré l’idée d’un drame dans un univers paradisiaque, sans parler des personnages, mémorables (mention spéciale au petit copain de la fille de Clooney :D).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s