L’assassin qui est en moi de Jim Thompson

assassin qui est en moiVoici un livre qui n’est pas pour les âmes sensibles… le film l’est encore moins. 

résumé : Lou Ford est un jeune adjoint au shérif avenant, serviable, séduisant. Son supérieur, sa fiancée, les jeunes qu’il soutient, les coups de mains qu’il donne volontiers font sa popularité. Bref, dans la petite ville un peu endormie de Central City, Texas, on lui donnerait (presque) le bon Dieu sans confession. A tort. Les apparences sont trompeuses. Atteint d’un trouble psychiatrique, Lou Ford a jadis commis un crime, et c’est son frère Mike qui a été condamné à sa place. A sa sortie de prison, ce dernier est mort sur un chantier, un drame dont Lou Ford tient Chester Conway, le magnat local de la construction, pour responsable. Grâce à une prostituée avec qui il entretient une liaison et qui a séduit le fils Conway, Lou Ford entend se venger. Mais le plan dérape, et pour se couvrir, Lou Ford est entraîné dans une fuite en avant de plus en plus dangereuse…

J’ai vu le film il y a quelques mois, et j’ai eu envie de découvrir le roman. Michael Winterbottom (réalisateur de The Killer inside me), a très bien fait son travail. Le film est extrêmement fidèle au livre… Casey Affleck devait d’ailleurs être l’acteur idéal pour interpréter Lou, car honnêtement, je me suis attachée au personnage… et les scènes de meurtres, extrêmement violentes étaient comme des électrochocs…

Lou Ford n’est pas Mr. Ripley, mais le principe est le même que pour le héros de Patricia Highsmith : nous sommes dans la psyché du tueur qui très logiquement nous explique et nous justifie ses actes… Ce qui fait frémir, c’est que quelque part, ce garçon parait très sain d’esprit dans sa folie, extrêmement logique même. Et il est de ces gens dont les voisins diront « je n’aurai jamais pensé, un homme si bien élevé, si poli. »

Un fou, ce n’est pas forcément un évadé de « Vol au-dessus d’un nid de coucou », et Jim Thompson le prouve avec ce roman qui se lit d’une traite… Car même en ayant vu le film, j’ai dévoré le roman, réussissant à être surprise tout en connaissant l’histoire. Je le recommande aux passionnés de thriller noir, très noir.

affiche-the-killer-inside-me

 

7 réflexions sur “L’assassin qui est en moi de Jim Thompson

  1. Put*** ! Mais quel livre que celui-là !! Je l’ai cherché longtemps, la version intégrale, car je ne possédais qu’une ancienne mal traduite, de l’époque des série noires où on coupait dans les textes, changeait les phrases, les noms des présidents cités (parler de l’assassinat de Kennedy dans les années 50, ça fait un grand moment de solitude pour le lecteur), où on adaptait les dialogues pour les faire à la sauce des « tontons » avec de l’argot qui n’avait rien à voir, où on changeait la fin, aussi… Westlake en était tombé à la renverse, en trouvant un de ses livres traduit en français, parce tout était changé !! Il avait retiré ses droits à Gallimard.:/

    mais jamais vu le film…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s