l’Eclat d’Obus (1916)

l'éclat d'obus L’Eclat d’Obus a une place à part dans les aventures d’Arsène Lupin… En effet, le gentleman-cambrioleur n’apparaît pas pendant la diffusion en feuilleton de cette oeuvre… Cependant, Maurice Leblanc a dû avoir un remord (ou l’autorisation de son ami), puisque la version en volume rend à César… Et ainsi, Lupin est bien là, l’espace de quelques lignes, et donne au héros de l’aventure Paul Delroze, l’information qui va lui permettre de continuer, de sauver sa vie, son amour et la France ! (rien que ça…)

Ce roman est une aventure guerrière. Ecrit pendant le premier conflit mondial, il met en avant le patriotisme français, dénonce le vilain envahisseur (Leblanc n’a jamais été tendre avec les habitants d’outre-Rhin… c’était l’époque), mais n’oublie pas l’aventure et le frisson. Un roman a replacé dans son contexte d’exhaltation contre l’ennemi… La littérature était également arme de guerre (comme de propagande d’ailleurs…)

Ainsi, l’histoire commence quand un jeune couple, Elisabeth et Paul Delroze rejoint le château d’Ornequin, à la frontière entre la Lorraine et l’Allemagne, château fermé depuis la mort de la mère d’Elizabeth. Cependant, le conflit est en passe de déferlé sur la France, mais à l’intérieur même de la vie d’Elizabeth et Paul certains fantômes du passé vont venir sérieusement compliquer les choses.

je citerai le dernier paragraphe du roman ; pas de révélations, ne vous en faites pas, mais un constat :

« L’auto traversait le village d’Ornequin. Il était désert. Les barbares avaient brûlé toutes les maisons et emmené tous les habitants, comme on chasse devant soi des troupeaux d’esclaves. Cependant ils aperçurent assis parmi les décombres un homme en haillons, un vieillard. Il les regarda stupidement avec des yeux de fou. A côté, un enfant leur tendit les bras, de pauvres petits bras qui n’avaient plus de mains… »

 L’horreur de la guerre, voilà sur quoi conclue Leblanc… Ce paragraphe n’est pas nécessaire à l’histoire, elle est close déjà, mais cependant, il est là, dérangeant, et nécessaire.

Un article très complet sur ce roman sur le Blog Tête de Lecture : L’Eclat d’Obus (Merci à Bibliométrique pour le lien)

 

Autre couverture :

eclat2

6 réflexions sur “l’Eclat d’Obus (1916)

  1. Bouh, la vieille couverture est assez barbare et illustre assez bien les méfaits accomplis durant les guerres ! Une autre histoire que je ne connaissais pas… mais sans Lupin, à quoi bon ??😉

    • Maurice Leblanc a écrit des 10e d’histoires sans Lupin ! et c’est très bon aussi !
      de même que l’ami Doyle a parfois délaissé (et avec plaisir, le méchant!) son cher Holmes ! j’adore ses contes fantastiques (à ne pas lire la nuit!)

      • À pâlir la nuit ?? (jeu de mot appartenant à un livre de Hitchock). J’adore !

        Doyle détestant Holmes, il le laissait tomber avec joie, je pense !😆

        Comme quoi, je connais mal Leblanc…

  2. les contes fantastiques de SIR ARTHUR CONAN DOYLE …….. encore un ou plusieurs livres à mettre sur ma liste…… IL Y EN A, «  » tout un tas «  » mais j’en ai un qui viens d’arriver «  » devinez  »’ c’est un certain GENTLEMAN !!!!!! et aussi, mais plus tard, 50 nouvelles inédites de MAURICE LEBLANC , «  » d’abord vivre et autres nouvelles «  » EST CE QUE C EST CONNU !!!!! 😀
    quand je commencerais mon rattrapage de ARSÈNE , je compte bien sur le blog pour trouver toutes ses histoire !!!!! 😉

  3. Pingback: Chronologie de la publication des aventures d’Arsène Lupin | Les Livres, Mes Livres & Moi

  4. Pingback: Chronologie des aventures d’Arsène Lupin | Les Livres, Mes Livres & Moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s