Sherlock Holmes dans la Bande Dessinée de Philippe Tomblaine

shbd

Edité chez L’àpart (oui, mon éditeur, mais je serais neutre comme la Suisse, promis).

Sherlock Holmes dans la Bande Dessinée, sous-titré « Enquête dans le 9ème art » (pas bête, tout le monde a vu le jeu de mot ?… donc je n’en rajoute pas!), nous emmène sur les traces d’un Sherlock Holmes qui ne se trouve plus sous la plume de Conan Doyle mais dans les pages de dizaines d’albums de BD.

shbd2Que dire ? je ne suis pas une grande fan de BD (2 niveaux d’étagères contre des dizaines pour les romans… et je n’ai pas besoin de serre-livres… vous me croyez sur parole, n’est-ce pas ?), mais je suis intéressée par l’adaptation. Quand on voit le classicisme de la version télévisée Granada face au modernisme de BBC Sherlock, on découvre que l’adaptation, toute traîtresse qu’elle soit, peut donner des résultats étonnants.

Le livre de Philippe Tomblaine est sur ce point très exhaustif, jusqu’en 2011 (depuis, comme le faisait remarquer notre Consulting Blogger, il y shbd3a eu de nombreuses nouvelles adaptations, surtout à cause – encore et toujours – de la BBC – pour la chronique de Mademoiselle Méloë, c’est ICI). En un peu plus d’un siècle, il y en a eu de l’encre qui a coulé : suites, apocryphes, pastiches, parodies, hommages…

Le livre me semble très complet, très documenté, et les interviews d’auteurs de BD (scénaristes et dessinateurs) ne gâchent rien, bien au contraire ! Grâce à ces interviews, on découvre le travail de création, les inspirations, les parcours, et on comprend mieux leur fonctionnement. Un film revient souvent, étonnement (ou pas, après tout, Mark Gatiss et Steven Moffat s’en sont servis également … ) : La Vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder (que je recommande), mais il y a aussi bon nombre d’aventures du canon, et de textes autours de Sherlock Holmes.

Un livre vraiment intéressant pour les passionnés de Holmes et/ou (mais pourquoi choisir !) les passionnés de BD.

chatUn seul point négatif pour moi, mais au final, je me demande si ce ne sont pas des fautes de frappes… Des erreurs de dates concernant Arsène Lupin. Et ça, je ne peux pas le laisser passer en silence (même si je le voulais, je ne pourrais pas ! imaginez le cri que j’ai dû étouffer à Minuit quand j’ai  lu « Arsène Lupin créé en 1908″… J’ai réussi à ne réveiller personne, mais j’ai fait peur au chat qui dormait paisiblement à côté de moi… C’est dire). En dehors de ce petit problème qui me touche aux tréfonds de l’âme (mais le 5 et le 8 sont si proches sur un clavier…), je recommande ce livre qui m’a fait découvrir les BD autour de Holmes, et m’a donné envie d’aller me plonger dans certaines, histoire de découvrir Holmes en images dans d’autres aventures.

quatrième de couverture : Est-il possible d’adapter Sherlock Holmes en Bande Dessinée ? Réponse à travers un panorama des BD mettant en scène le héros de Conan Doyle. L’enquête sur les traces du détective le plus célèbre du monde dans le 9e art, s’avère passionnante, digne de son sujet central. Elle montre comment les auteurs actuels ont su se glisser dans les différentes pistes du renouveau holmésien, comme en témoignera un large dossier d’entretiens inédits. Suivre le détective au fil des cases, dans les ruelles brumeuses de Londres, c’est aussi en retracer la silhouette, à la fois célèbre, populaire et inconnue : le plus grand mystère de Holmes demeure à l’évidence lui-même. C’est élémentaire…

Pour le commander chez l’éditeur, c’est par ici  :  shbd

5 réflexions sur “Sherlock Holmes dans la Bande Dessinée de Philippe Tomblaine

  1. Je le possède aussi et mon plaisir est de regarder d’abord les images et ensuite les textes… Oui, je possède des tonnes de bédés et j’aime ça. Je les relis souvent, pour ne pas dire tout le temps, passant d’une série à une autre.
    Pour le livre ici sur SH dans la bédé, j’avais comme intention première de prendre des notes, mais devant toutes les pages que je noircissais, ben, je me suis dit qu’à force, j’allais avoir le livre dans mon carnet… donc, j’ai un peu arrêté de prendre des notes😦

    Je peux hurler aussi lorsque l’on se trompe dans les dates canoniques…🙄

  2. Je pousse aussi des cris indignés (et indignes ?) lorsque je vois de telles incongruités. Mais là, je n’ai pas relevé. Tu me pardonneras sans doute de ne pas connaitre sur le bout des doigts mon Canon lupinien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s