Dressed to Kill

511

Film de 1946 de Roy William Neill avec Basil Rathbone, Nigel Bruce et Patricia Morison

« La Clef » en français… Je ne suis pas convaincue par ce titre… Ça en dit trop ou pas assez… (voire les spoilers). Autres titres « Prelude to murder » (là, je suis très dubitative… ) et « The secret code » (Moins original, s’il vous plait ?)

Sherlock Holmes est né 18 ans avant l’ami Arsène Lupin… Sherlock Holmes qui est LE Héros du moment (BBC, merci à toi)… mais cela fait 126 ans qu’il est un héros mondialement connu… Il doit bien y avoir une raison 😉

On en reparlera…

Ayant une affection sans borne pour Messieurs Brett et Cumberbatch qui personnifient parfaitement le héros de Conan Doyle de mon point de vue, j’étais curieuse de  découvrir les anciens Sherlock, et j’avoue que Basil Rathbone a le physique de l’emploi. Dès qu’il apparait à l’écran avec son violon, pas de doute, c’est lui, le locataire du 221b Baker Street, Mr. Sherlock Holmes. Un Sherlock Holmes qui vit dans les années 40 et a délaissé le « deerstalker »  pour un chapeau à la Bogart… Pourquoi pas.

Cependant « Dressed to Kill » n’est pas mémorable (on me l’avait dit), mais sympathique. Il y est question de Mademoiselle Adler (et oui, La Femme hantera toujours les aventures du super détective qu’elle a su mettre en défaut), et c’est une autre femme l’ennemie. Chef de gang particulièrement bien habillée (combien de malheureuses bêtes ont été massacré pour ses étoles, je n’ose y penser… autres temps, autres 514mœurs, n’est-ce pas ?), elle n’est pas Irène, loin de là.

Sherlock Holmes sauvera-t-il la Grande-Bretagne des faux-monnayeurs en chassant trois petites boites à musique ? Pas besoin de répondre à cette question. Sur 72 minutes, il déduit, enquête, fait preuve de brio, bien que l’intrigue ne soit pas des plus originales et que Sherlock soit finalement plus proche d’un privé bien éduqué que de la créature si originale créée par Doyle. Il est agréable, et ne taquine guère que Watson, ne passe pas ses nerfs sur Mrs. Hudson et ne fait rien qui sorte vraiment de l’ordinaire… Pas de folles déductions, pas de déguisements épiques, non, l’affaire est simple (et n’aurait certainement pas passionné le Sherlock Holmes des romans).

Somme toute, une œuvre mineure, mais il en faut aussi… Il me reste à visionner le documentaire sur « Les nombreux visages de Sherlock Holmes » en bonus sur le DVD, s’il y a quelque chose de notable, je vous en ferais part.  Et maintenant, attention, petit spoiler !

513Mettre la musique au cœur de l’intrigue face au musicien qu’est Holmes, c’est charmant ! Il était évident que ces 3 boites à musique contenaient un code secret, mais j’aime malgré tout beaucoup l’idée. Les notes étant un très joli code pour un très vilain objectif… C’est l’occasion de souligner d’autres talents de Holmes. Souvent, le violon est accessoire, pourtant, on peut se poser des questions sur cette passion du détective. Le violon, c’est l’instrument de l’émotion par excellence, c’est aussi un instrument de création… Watson a beau nous répéter que Holmes n’est qu’une machine à déduire, c’est surtout un créateur, et un artiste en son genre. C’est ce que le violon et la musique nous rappellent (combien de fois, dans le canon, une aventure se termine-t-elle par un départ pour le concert…)

Et pour conclure sur un hommage, parlons un peu de Messieurs Gatiss et Moffat, puisqu’on retrouve, je pense, l’origine d’une scène des aventures de « Sherlock » dans « Dressed to Kill ».

Comme dans « une étude en rose », Joe le pianiste déclare à Watson que Mr. Holmes a lavé son honneur quant à une accusation de meurtre et Holmes de préciser qu’il a pu prouver que Joe était en train de forcer un coffre au moment du meurtre…

4 réflexions sur “Dressed to Kill

  1. Pingback: Saint Basile… patron des détectives ! | Les Livres, Mes Livres & Moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s